[VIDÉO] The Suicide Squad : Découvrez la nouvelle bande-annonce (non-censurée)

Bienvenue en enfer – autrement dit à Belle Reve, la prison qui détient le record du taux de mortalité le plus élevé des États-Unis ! C’est là que sont détenus les pires super-vilains du monde, prêts à tout pour s’évader – quitte à intégrer la sinistre et ultrasecrète Task Force X. Aujourd’hui, la mission à haut risque consiste à réunir une bande de taulards, comme Bloodsport, Peacemaker, Capitaine Boomerang, Ratcatcher 2, Savant, King Shark, Blackguard, Javelin et Harley Quinn, psychopathe préférée de tous ! Il faut ensuite les armer jusqu’aux dents et les lâcher (au sens littéral du terme) sur l’île perdue – et infestée d’ennemis – de Corto Maltese. Arpentant une jungle fourmillant d’adversaires redoutables et de guérilleros tapis dans l’ombre, le Squad est chargé d’éliminer physiquement tous ceux qu’il croise sur sa route. Seul le colonel Rick Flag est sur le terrain pour les encadrer et… à distance les geeks du gouvernement d’Amanda Waller pistent leurs moindres gestes et leur soufflent leurs consignes. Et comme toujours, un seul faux mouvement, et c’est la mort assurée ! (aux mains de leurs ennemis, d’un coéquipier ou d’Amanda Waller en personne). Et si des paris sont lancés, ils misent sur leur défaite assurée – à TOUS !

Réalisé par James Gunn
En salles le 29 juillet 2021
Avec Margot Robbie, Idris Elba, Viola Davis, John Cena…

[CRITIQUE] Le Voyage du Docteur Dolittle, de Stephen Gaghan

Robert Downey Jr tombe l’armure pour s’embarquer dans une aventure excentrique dans la peau du fameux Docteur Dolittle. Cette nouvelle adaptation de la série de romans de Hugh Lofting offre une revisite assez farfelue et chaotique, entre surpopulation et performances proches de l’étrange, probablement dû à un trop plein d’imagination. Le Voyage du Docteur Dolittle s’avère plutôt éprouvant, desservie par une histoire plutôt bancale qui s’étire vers un climax gâché par un humour trop bas de plafond. Dommage, car l’ensemble de talents réunis autour de ce film faisait saliver d’avance. 

[CRITIQUE] Bumblebee, de Travis Knight

La franchise Transformers fait un virage à 180° et Michael Bay laisse les rennes à Travis Knight pour le spin-off Bumblebee. Le film redéfinit sa cible et livre une aventure à l’ambition familial grâce à un ensemble plus accessible et moins bourrin. Arrivant à point nommé pour les fêtes, Bumblebee vise les plus jeunes avec ses personnages adolescents, quitte à laisser les fans de la première heure -et les adultes- sur le carreau tant l’action est finalement passée au second plan. Serai-je devenue trop vieille pour Transformers ?

[VIDÉO] BumbleBee : Découvrez la bande-annonce finale

1987. Alors qu’il est en fuite, Bumblebee trouve refuge dans la décharge d’une petite ville balnéaire de Californie. Charlie (Hailee Steinfeld), à l’aube de ses 18 ans, cherche sa voie. Elle fait la connaissance de Bumblebee ; blessé par ses multiples combats, il est presque détruit. Quand Charlie réussit à lui redonner vie, elle se rend vite compte qu’il ne s’agit pas d’une « Coccinelle » jaune ordinaire…

Réalisé par Travis Knight
En salles pour 26 décembre 2018
Avec Hailee Steinfeld, Pamela Adlon, John Cena…

[VIDÉO] BumbleBee : Découvrez la première bande-annonce

1987. Alors qu’il est en fuite, Bumblebee trouve refuge dans la décharge d’une petite ville balnéaire de Californie. Charlie (Hailee Steinfeld), à l’aube de ses 18 ans, cherche sa voie. Elle fait la connaissance de Bumblebee ; blessé par ses multiples combats, il est presque détruit. Quand Charlie réussit à lui redonner vie, elle se rend vite compte qu’il ne s’agit pas d’une « Coccinelle » jaune ordinaire…

Réalisé par Travis Knight
En salles pour 26 décembre 2018
Avec Hailee Steinfeld, Pamela Adlon, John Cena…

[CRITIQUE] Ferdinand, de Carlos Saldanha

Étonnamment attachant et décalé, Ferdinand propose un film d’animation festif et divertissant. Carlos Saldanha livre les aventures d’un taureau pas comme les autres avec une jolie morale contre la violence, autour du thème de la corrida… sans verser pour autant dans la revendication. Au contraire, Ferdinand vise le divertissement haut en couleurs, avec beaucoup d’humour et une touche de folie. Inattendu et chaleureux, le film de Carlos Saldanha est une jolie surprise pour les fêtes, loin de ses apparences trop mignonettes qui laissaient supposés un film enfantin.

[CRITIQUE] Sisters, de Jason Moore

Si les comédies d’ados fêtards vous épuisaient déjà, Sisters est là pour asséner le coup de grâce. Déjà mollement attendu, le film de Jason Moore arrive bien tardivement pour cristalliser l’amitié de Tina Fey et Amy Poehler sur grand écran, des lustres après qu’elles aient fait se gausser le parterre Hollywoodien grâce à leur humour osé, en animant les cérémonies des Golden Globes en duo, trois fois de suite. Résultat, Sisters ressert un humour réchauffé, si retravaillé et prévisible qu’il s’en dégage un sentiment de désespoir et d’usure, tant l’ensemble est criard, m’as-tu-vu et téléphoné. Là où les comédies ados ou adolescentes peuvent vaguement inspirer, Sisters inspirent surtout de la pitié et de la gêne, surtout quand on voit ces deux actrices, normalement hilarantes, se vautrer dans un film aussi ringard. Au secours !