Snowpiercer, le Transperceneige : superbe, éprouvant et fascinant [Coup de cœur]

snowpiercer

Intense et magnifique, Bong Joon-ho offre un huis-clos inédit et palpitant. Snowpiercer, le Transperceneige réussit l’exploit d’être à la fois un film de science-fiction abouti, haletant et surprenant tout en proposant une véritable réflexion sur des thèmes plus terre-à-terre, comme les différences socio-économiques, un message écologique et une vision intéressante sur l’avenir de notre société. Mais le plus fascinant dans Snowpiercer c’est finalement la qualité extraordinaire de la mise en scène et la variété des nombreux tableaux d’une beauté à couper le souffle proposés dans le film. Bong Joon-ho livre ici un des films les plus marquants de l’année.

Le pitch : En 2014, une tentative de géo-ingénierie contre le réchauffement climatique entraîne un cataclysme : une glaciation de toute la planète, détruisant la vie et exterminant presque toute l’humanité. En 2031, des passagers enfermés dans un train forcé à rouler continuellement sont les seuls survivants sur Terre. Les habitants des derniers wagons, contraints de vivre dans la promiscuité et le rationnement, se révoltent.

Bong Joon-ho est l’un des quelques réalisateurs sud-coréens qui a réussi à se faire une place dans le paysage cinématographique connu du tout-public, comme, par exemple, Park Chan-wook (Old Boy, Thirst, Stoker…) ou encore Kim Jee-woon (Deux Sœurs, Le Bon, La Brute et le Cinglé, J’ai Rencontré Le Diable…).
Papa des étonnants The Host (2006) et Mother (2009), le cinéaste sud-coréen s’attaque à un film post-apocalyptique aux allures de blockbusters, adapté d’une bande-dessinée francaise : Le Transperceneige.
Snowpiercer est une incroyable déferlante, à la fois immersive, haletante et quasiment sans répit. Débutant comme une banale lutte des classes, le film dévoile un univers bien plus dense qu’il n’y parait. Le combat des pauvres contre les riches se transforment rapidement en une ascension palpitante, mêlant une lutte désespérée pour survivre et une intention noble de rétablir le pouvoir. Mais au fur et à mesure que le film évolue, Snowpiercer va révéler les recoins sombres de ce train qui file à toute allure dans une boucle sans issue. Chaque wagon apportera son lot de surprises et de découvertes, et si finalement l’histoire essentielle du film est plutôt simple, c’est l’art de Bong Joon-ho qui va faire de Snowpiercer une œuvre visuellement stupéfiante !
En effet, l’un des formidables atouts de Snowpiercer est cette capacité à nous faire évoluer au rythme des avancées des personnages, nous forçant à avancer à l’aveugle. Bong Joon-ho joue habilement sur cette attente fébrile pour nous proposer des tableaux ingénieux à la mise en scène et aux décors tout simplement épatants. Snowpiercer est un véritable choc visuel mais aussi émotionnel, puisque le film nous enferme directement avec les personnages, en nous confrontant à ce monde impitoyable et brutal. Le film oscille constamment entre les deux extrémités symboliques du train et ses conditions de vie diamétralement opposées, où la noirceur rivalise soudainement avec l’absurde, où l’injustice bute contre la cruauté indifférente et méprisante. De l’intensité d’un affrontement extrêmement violent dans le noir à une salle de classe colorée à la légèreté sarcastique, Snowpiercer bouscule complètement les a-priori et propose un ensemble spectaculaire.

Cette particularité à créer des environnements aussi variés dans un espace aussi réduit permet de voyager sans aucune fatigue jusqu’à l’issue du film. Snowpiercer est un film dense et divertissant à de nombreux niveaux, de son histoire captivante à sa réalisation léchée. Ce qui le différencie des blockbusters usuels, ce sont les différentes métaphores du film par rapport au monde dans lequel nous vivons aujourd’hui. S’il est impossible d’échapper au message écologique du film, c’est surtout le traitement des différences sociales qui saute aux yeux. Snowpiercer va bien plus loin en proposant une issue étonnante, et probablement logique, à tous les conflits soulevés par le film et l’avenir de tout ce petit monde. D’ailleurs, les personnages du film répondent parfaitement à cet univers inhabituel, chacun représentant de prime abord un stéréotype avant de révéler son véritable visage. Snowpiercer est surprenant de bout en bout et Bong Joon-ho parvient à maîtriser le tout de façon remarquable.

Coté casting : alors qu’il semblait pré-destiné à jouer les jolis cœurs tout au long de sa carrière, Chris Evans ne cesse ne nous surprendre avec ses choix audacieux et un talent indéniable à se glisser dans de différents personnages, de Sex Academy à Captain America en passant par Cellular, Sunshine, Push ou encore Scott Pilgrim. A ses cotés, nous retrouvons Song Kang-ho (The Host, Thirst…) qui apportera une touche de légèreté en compagnie de Ko Ah-sung. Ed Harris (Gone Baby Gone, Cleaner…) et John Hurt (Harry Potter 7.1 et 7.2, La Taupe…) s’illustreront dans des rôles complexes tandis que Tilda Swinton (L’Etrange histoire de Benjamin Button, We Need To Talk About Kevin…) excelle dans un rôle aussi détestable que comique.
Jamie Bell (Billy Elliot, Jumper, Jane Eyre…) et Octavia Spencer (Sept vies, Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour La Couleur des Sentiments…) font un passage remarqué.

En conclusion, Snowpiercer est un film de science-fiction de qualité rare, aussi intense, éprouvant et surprenant que visuellement extraordinaire. Bong Joon-ho repousse les limites du blockbuster et c’est, selon moi, un des meilleurs films de cette année.

This time, it'll be me who put the hammer (or whatever this is) down.

This time, it’ll be me who put the hammer (or whatever this is) down.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s