Locke : Tom Hardy brillant, dans un drame qui manque d’intensité

Voilà un parfait exemple où l’exercice est plus fascinant que le contenu du film en lui-même. Steven Knight s’essaye au huis-clos oppressant avec un seul acteur pour réaliser Locke, un drame inventif où un homme voit sa vie basculer le temps d’un trajet en voiture. Malgré un scénario peu accrocheur, Tom Hardy s’en sort brillamment, livrant une performance superbe et sur le fil du rasoir, tandis que la caméra de Steven Knight redouble d’efforts pour étoffer sa mise en scène. Si Locke aurait eu plus de panache dans un format plus court, Steven Knight nous régale avec le pari fou de tenir 85 minutes avec un homme et une voiture.

Sous les jupes des filles : Décevant et réducteur, malgré un casting alléchant

Guilleret et dynamique, Sous Les Jupes Des Filles est une comédie se voulait actuelle, cherchant à démystifier les femmes d’aujourd’hui. Au premier coup d’œil, Audrey Dana réussit son pari ambitieux en réunissant un casting de rêve et plusieurs trames sympathiques et girly. Mais en y regardant de plus près, derrière un ton faussement osé, Sous Les Jupes Des Filles est tout ce qu’il y a de plus conventionnel tant le film aligne les clichés et autres stéréotypes fumeux, en s’appuyant sur un concept plutôt sexiste (!). Derrière le glamour et le quotidien sexy de ces femmes se cache en vérité un film parfois gênant et surtout bâclé, le tout saupoudré par un poil de vulgarité et une mise en scène trop souvent négligée.