[CRITIQUE] Un Homme en Colère, de Guy Ritchie

Le pitch : Un convoyeur de fond fraichement engagé surprend ses collègues par l’incroyable précision de ses tirs de riposte alors qu’ils subissent les assauts de braqueurs expérimentés. Tous se demandent désormais qui il est, d’où il vient et pourquoi il est là.

Habitué des films de gangsters patibulaires évoluant dans un univers poisseux, Guy Ritchie (The Gentlemen, Aladdin, Le Roi Arthur…) revient presque aux sources avec Un Homme en Colère. A l’origine, il y a un film français, Le Convoyeur, réalisé par Nicolas Boukrief en 2004, avec Albert Dupontel et Jean Dujardin, qui avait déjà marqué les esprits grâce à son style brut et tendu.

Si Un Homme en Colère remanie légèrement la trame, le film conserve la même tension tout au long du film, qui se diffuse dans tous ses recoins, notamment grâce à un personnage principal incarné par un Jason Statham concentré. En effet, Un Homme en Colère pourrait se renommer « Un homme avec un objectif », certes c’est moins vendeur mais cela collerait plus avec l’ambiance resserrée du film, qui enserre le spectateur dans son étau. Guy Ritchie soigne la réalisation, proposant un film américanisé, moins en roue libre qu’un Snatch ou RocknRolla. Ici, pas d’esbroufe ni de dialogue décousu pour animer les échanges, Un Homme en Colère s’exécute sans s’éparpiller à l’image de son mystérieux personnage principal.

L’ensemble est prévisible, mais Guy Ritchie n’est pas en terrain inconnu. Depuis la musique jusqu’aux pics d’actions, Un Homme en Colère livre un film nerveux à la tension palpable, porté par une galerie de personnages secondaires, oui, mais surtout inquiétants dont l’agenda se révèle en cours de route. Découpé en chapitre, Un Homme en Colère multiplie les intrigues et, même si cela n’apporte rien au scénario, cela permet tout de même de ne pas tomber dans un récit linéaire et ennuyeux. Simple mais efficace, Guy Ritchie nourrit une atmosphère orageuse avec des pics d’action salutaires. Seuls bémols pour ma part, c’est que les affrontements sont souvent répétitifs là où j’aurai aimé plus de spectacle. Résultat, si le film semble renouer avec les débuts de Guy Ritchie, j’ai trouvé que l’ensemble manquait un chouilla de personnalité – comme beaucoup de ses films américanisés.

Au casting : pour la première fois depuis Revolver en 2005, Jason Statham retrouve Guy Ritchie. Si l’acteur est connu pour ses rôles d’action (anti)héros énervé et à la gâchette facile, ici Jason Statham (Hobbs and Shaw, En Eaux Troubles, Fast & Furious 8…) tempère son personnage pour coller à la nervosité ambiante et livrer un héros insondable mais visiblement dévoré par une rage sourde. Autour de lui, quelques visages connus du Ritchie-verse, comme Eddie Marsan (The Gentlemen, Vice, Atomic Blonde…) qui fait presque un cameo, mais on retiendra surtout Holt McCallany (Greenland, Mindhunter…), Josh Hartnett (Penny Dreadful, Oh Lucy!…) qui renforcent l’ensemble, tandis que Scott Eastwood (Pacific Rim Uprising, Overdrive…) semble pour la première fois réussir à donner le change au lieu de jouer les boy scouts qui jouent les méchants. Petite déception coté rôle féminin, seule Niamh Algar (The Bisexual…) se démarquera dans ce film très masculin, malheureusement de manière anecdotique.

En conclusion, si le nouveau film de Guy Ritchie manque d’esbrouffe et, même sans avoir vu Le Convoyeur, n’échappe pas à une narration aux enjeux prévisibles trop rapidement, Un Homme en Colère satisfera les amateurs d’action testostéronée tant il prend à la gorge par sa noirceur et sa violence explicite. La facture est simple mais la promesse est tenue. A voir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s