[CRITIQUE] Les Heures Sombres, de Joe Wright

Porté par un Gary Oldman extraordinaire, Les Heures Sombres dresse un portrait saisissant de Winston Churchill, dans un biopic nerveux, parfois emphatique mais toujours captivant. Si Joe Wright signe un film à Oscar, à la facture aussi classique et académique que soignée, c’est à la fois le charisme de Gary Oldman au service de la sobriété tendue et grave de la réalisation qui font de ce film une œuvre fascinante et admirable. J’ai été bluffée du début à la fin !

Le pitch : Homme politique brillant et plein d’esprit, Winston Churchill est un des piliers du Parlement du Royaume-Uni, mais à 65 ans déjà, il est un candidat improbable au poste de Premier Ministre. Il y est cependant nommé d’urgence le 10 mai 1940, après la démission de Neville Chamberlain, et dans un contexte européen dramatique marqué par les défaites successives des Alliés face aux troupes nazies et par l’armée britannique dans l’incapacité d’être évacuée de Dunkerque…

Généralement, les biopics historiques et les films autour d’une période de guerre ne sont vraiment pas ma tasse de thé. J’ai d’ailleurs esquivé l’autre Churchill, le film de Jonathan Teplitzky avec Brian Cox dans le rôle titre, en grande partie pour cette raison. En allant voir ce film, je n’étais convaincue que d’une chose : Gary Oldman est un excellent acteur ; mais j’avais la crainte quand même justifiée de me retrouver devant un biopic trop solennel et conformiste comme le Lincoln réalisé par Steven Spielberg en 2013.

Reconnu et récompensé pour Orgueil et Préjugés (2005), puis Reviens-Moi (2007), Joe Wright s’est souvent attaché à des destins passionnels et dramatiques, à travers des films comme Anna Karénine ou encore Hanna. La seule fois où il a voulu explorer un autre univers, cela a donné le très anecdotique Pan (2015). Deux ans plus tard, le réalisateur britannique livre un biopic puissant qui a la lourde de tâche de narrer une partie de l’histoire d’un homme déjà exploré maintes fois au cinéma. Suivant la mode récente des biopics, plutôt que de relater toute une vie, Les Heures Sombres se concentre sur le moment crucial où Winston Churchill devient Premier Ministre et doit prendre une décision qui, dans un sens ou dans l’autre, est amenée à changer le visage de l’Europe dramatiquement. Brillant mais craint, entouré mais piégé, Les Heures Sombres dessine les nombreuses facettes d’un homme qui n’a jamais caché ses ambitions, mais explore l’humain derrière le tacticien. C’est à la fois sur l’homme et son choix fatidique qui animent le film : entre le poids de l’expérience et celui des responsabilités, le film de Joe Wright nous engouffre dans une atmosphère oppressante, animée par les protocoles et autres agendas politiques d’un pays pris à la gorge et au bord de la crise de nerfs. Se reposant sur la verve imposante d’un homme qui a su convaincre tout un pays de ne pas baisser les bras, Les Heures Sombres propose une interprétation brillante du personnage, de sa personnalité qui se démarque de l’ambiance terne et poussiéreuse de l’époque, à travers un homme intelligent mais acculé par la lourde attente qui pèse sur ses épaules.

Souvent dans la démonstration de style et clairement calibré pour les Oscars, Joe Wright capte néanmoins la tension, l’espoir, la confusion et le désespoir qui entoure cette période, faisant de son personnage principal le container mais également l’arbitre malgré lui. Le film prend des airs de thriller tant le récit parvient à saisir la gravité du devoir d’un homme dont la défaite était attendue par ses pairs. D’ailleurs, le traitement est si immersif et prenant que la véracité de l’histoire devient quasiment obsolète. Je ne suis pas une experte en histoire (loin de là), et pourtant j’ai été conquise par un film qui a su, dès les premières minutes, m’embarquée dans le sillage d’un homme aussi charismatique et imprévisible que redoutable, que j’avais tout simplement envie de suivre de minutes en minutes. Au-delà de la mise en abîme de son personnage, Joe Wright livre un film pêchu et dynamique, bien différent en terme de rythme que les autres biopics historiques et usuels au cinéma. Certes cadencé par les discours captivants de Churchill, Les Heures Sombres se démarque également par sa photographie et ses décors réalistes, ainsi qu’une bande-originale justement solennelle mais qui s’élève au bon moment pour marquer l’intensité de son sujet. Ce n’est pas souvent que je remarque la musique dans un film (surtout quand ce n’est pas un des thèmes), mais le travail de compositeur de Dario Marianelli est superbe et complète un ensemble orchestré par un Joe Wright qui aiguise son sens du tempo avec talent et énergie.
Lisse et convenu ? Peut-être, mais conquérant.

Au casting, c’est évidemment Gary Oldman (Hitman and Bodyguard, Criminal : Un Espion dans la Tête, La Planète des Singes : L’Affrontement…) que l’on retient, grâce à une performance phénoménale ! Méconnaissable, imposant et habité, l’acteur est tout simplement extraordinaire, si bien que même sans connaître Winston Churchill, il donne le change grâce à son interprétation aussi physique que dans sa façon de parler, transformant les discours à rallonge en véritable performance théâtrale.
Autour de lui, Ben Mendelsohn (Rogue One, Lost River…) et Stephen Dillane (The Crown, Game Of Thrones…), sobres et convaincants, sont présents pour animer la part politique du personnage, tandis que Kristin Scott Thomas (Suite Française…) et Lily James (Baby Driver, Cendrillon…), dignes et justes, réveillent l’humain.

En conclusion, pas besoin d’être fan d’Histoire pour apprécier le film de Joe Wright, il suffit simplement d’admirer la performance de Gary Oldman qui, par sa seule présence, transforme un biopic au sujet remâché en un thriller passionnant. À voir absolument.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s