Flop 2021 : Les pires films de l’année

Pour l’amatrice de blockbusters que je suis, autant vous dire que l’année à été compliquée. D’habitude j’évite d’afficher les films qui s’annonçaient d’avance comme de grosses catastrophes (comme Resident Evil : Bienvenue à Raccoon City ou American Nightmare 5 : The Forever Purge) mais je vais faire quelques petits écarts. Parmi mes déceptions, il y a surtout des films que j’attendais et qui se sont avérés terriblement mauvais, puis quelques-uns qui ne sentaient pas bon et qui se sont ramassés bien plus que ce que je pensais. Je vous laisse deviner qui est qui.

Voici mon Flop 2021 :

Fast and Furious 9, de Justin Lin

Soyons honnêtes : les films de la saga Fast and Furious ont toujours été un joli bordel sur pattes, le bon film à pop-corn qui éclabousse avec ses hauts et ses bas. Entre le décès de Paul Walker, le putch de Vin Diesel et la nécessité d’en faire toujours plus, la franchise a fini par faire une sacrée sortie de route avec son neuvième opus. Justin Lin revient dans la saga et accouche d’un film foutraque qui prend son spectateur pour un crétin tout en se prenant bien trop au sérieux. Quitte à aller dans l’espace, j’aurai largement préféré un crossover avec la série Transformers !
>>> Lire mon avis

The Deep House, d’Alexandre Bustillo et Julien Maury

Pénible. C’est le mot qui me vient à l’esprit quand je pense à The Deep House, un film d’horreur pauvret et téléphoné qui se noie littéralement dans une médiocrité affligeante. Dommage car il y avait une bonne idée derrière le scénario, mais la mise en abîme est totalement raté (surtout avec un format found-footage ultra daté).
>>> Lire mon avis

Venom 2 – Let There Be Carnage, d’Andy Serkis

J’ai pas vraiment les mots pour dire à quel point Venom 2 est ratés. Andy Serkis livre un gloubi-boulga rouge et noir improbable, aux ficelles aussi visibles que des poutres apparentes. Même mon amour pour Tom Hardy ne m’a pas aidé à apprécier le film un minimum tant l’ensemble est agaçant et écrit avec les pieds. Et ce n’est pas cette fameuse scène post générique qui va sauter le film, pire maintenant : cette scène finit par l’enterrer aux oubliettes.
>>> Lire mon avis

Sacrées Sorcières, de Robert Zemeckis

Ce film-là, je le prends comme une attaque personnelle (je déconne). Sacrées Sorcières est un de mes livres d’enfance favoris écrit par Roald Dahl et le premier film de 1990 était un bel hommage. J’espère retomber en enfance et succomber au charme diabolique d’Anne Hathaway, mais voilà : le wokisme extrême compte une victime de plus dans cette tambouille inutilement racisée et totalement grotesque.
>>> Lire mon avis

ADN, de Maïwenn

Après les extraordinaires Polisse et Mon Roi, j’espérais beaucoup d’ADN. A l’arrivée, Maïwenn livre un drama familiale qui s’observe le nombril, tentant grossièrement de faire vivre la crise existentielle des personnages. La réalisatrice s’accapare la lumière, certains acteurs sont carrément mauvais et il faut dire que les dernières déclarations de Maïwenn + la présence de Fanny Ardant ne m’ont pas aidé à digérer ce mélodrame soporifique.

Hitman & Bodyguard 2, de Patrick Hughes

J’avais bien aimé le premier Hitman & Bodyguard, mais cette suite coche toutes les erreurs possibles de la suite flemmarde en grossissant le trait de ce qui avait fonctionné dans le premier opus. Non seulement, le film est too much, mais le duo Samuel L. Jackson et Ryan Reynolds cachetonnent ouvertement tandis que le personnage de Salma Hayek hurle du début à la fin, comme pour souligner la lourdeur avec laquelle son personnage a été intégré dans cette suite.

Ex-aequo : The Craft, de Zoe Lister-Jones et Détour Mortel – La Fondation, de Mike P. Nelson

Pour moi ces deux films vont ensemble car ils sont les exemples parfaits de tout ce qu’il faut éviter dans un reboot. Si Dangereuse Alliance n’était pas vraiment excellent – malgré son statut d’objet presque culte pour toute une génération, The Craft est une énième victime de notre époque qui vise l’extrême wokisme et joue la carte du féminisme barbant dans un ensemble incroyablement niais.
De son coté, le septième (oui, septième !) chapitre de la franchise Détour Mortel choisit tout bonne moment d’effacer les cannibales de son récit, comme si ce n’était pas l’élément principal de chaque film. I mean, WTF ?!
>>> Lire mon avis

Wonder Woman 1984, de Patty Jenkins

Si le premier Wonder Woman avait ses défauts (en prenant les Allemands de l’époque pour les Nazis de la Seconde Guerre Mondiale, par exemple) et lorgnait un peu trop du coté de Captain America – The First Avenger, le résultat était tout de même assez cool et rassurait quant à l’adaptation de cette mythique super-héroïne. Et patatras, une fois seule à la barre, Patty Jenkins livre un deuxième film complètement foiré, trop amoureux de la belle Gal Gadot pour s’intéresser à son scénario branlant et aux autres personnages inconsistants. Entre ses nombreux trous dans la raquettes et l’absence de connexions avec les films qui se déroulent après (genre Batman V Superman et Justice League), Wonder Woman 1984 patauge dans une mélasse d’idées mal exploitées.
>>> Lire mon avis

Godzilla vs Kong, d’Adam Wingard

C’était l’affrontement qu’on attendait entre Godzilla et King Kong… mais qu’on a dû voir sur nos écrans, ce qui casse un peu le délire. Peut-être que le fait de ne pas avoir pu en profiter en taille XXL fait que je me suis attardée sur l’histoire plus que prévu. Et entre les facilités, le soleil qui vient de nulle part une fois dans le centre de la terre, les personnages humains qui sont tête-à-claques (stop à la hype sur Millie Bobby Brown !) et le design indécis de Godzilla, le film d’Adam Wingard s’effondre dès le début jusqu’à un final… décevant.
>>> Lire mon avis

Et vous, quels sont vos plus gros flops cette année ?

>>> Top 2021 : Le meilleur de l’année

Une réflexion sur “Flop 2021 : Les pires films de l’année

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s