[COUP DE CŒUR] BlacKkKlansman : J’ai infiltré le Ku Klux Klan, de Spike Lee

Surprenant, féroce mais surtout plein d’humour et d’une ironie percutante, l’excellent BlacKkKlansman : J’ai infiltré le Ku Klux Klan signe le retour inattendu de Spike Lee dans le cinéma de genre, à la fois pertinent, piquant et engagé. Sans détour, le film relie les ambitions du Ku Klux Klan des années 70 à l’Amérique de Trump de nos jours, dans le récit d’une histoire vraie et incroyable. Porté par John David Washington (fils de) et Adam Driver, BlacKkKlansman : J’ai infiltré le Ku Klux Klan égratine, pardon, balance un coup de pied revendicateur et brutal dans une fourmilière trop occupée à se regarder le nombril pour voir l’histoire se répéter. Tonitruant, provocateur, brillant. Bon retour parmi nous, Spike !

Les films pop-corn à voir cet été

Comme d’habitude, alors que le printemps cède à l’été et que la fête du cinéma n’est plus très loin pour célébrer les beaux jours, c’est le moment de saluer les films qui arrivent pile attends pour nous attirer dans les salles obscures malgré, espérons-le, la chaleur estivale. Films pop-corn, comédie, frissons, animation… il y en a pour tous les goûts et, comme toujours, voici une liste non exhaustive pour pointer les grosses sorties à venir…

[CRITIQUE] Fences, de Denzel Washington

Entre désillusions et révolution, Fences observe les répercussions et les actes d’un père de famille sur son entourage. Denzel Washington érafle l’image patriarcale à travers un personnage complexe, reflétant une Amérique en plein changement mais ancrée dans ses convictions, mais si l’histoire est globalement intéressante… le rythme frôle l’indigestion. En adaptant la pièce de théâtre au cinéma, Denzel Washington conserve les mêmes codes, ce qui crée un film un poil désarticulé et difficile à cerner, malgré les performances impeccables de l’ensemble du casting, dont une Viola Davis grandiose.

[CRITIQUE] Les Sept Mercenaires, d’Antoine Fuqua

Halte au western spaghetti ! Si Quentin Tarantino avait ouvert la brèche en 2016 avec Les Huit Salopards, Antoine Fuqua reprend le flambeau avec Les Sept Mercenaires, remake du film de John Sturges (1960). Si le chiffre diminue et que l’ambition n’est pas la même, cette nouvelle version du western modernise les clichés du film…