[SPOILERS] Spider-Man: No Way Home : Retour sur le film

ATTENTION, CE QUI VA SUIVRE N’EST RÉSERVÉ QU’À CEUX QUI ONT VU LE FILM.

Abandonnez la lecture de cet article tant qu’il en est encore temps. Surtout si vous êtes fan de… Non !
Vous en avez trop lu, partez.

Pour ma critique sans spoiler du film, c’est par ici.
Pour ceux qui ont déjà vu le film… on est bien, là non ?

Avec son premier week-end au box-office à presque 590 millions de dollars, Spider-Man: No Way Home s’affiche comme le deuxième meilleur démarrage de tous les temps et donne presque l’impression que la pandémie n’a jamais eu lieu quand on voit les gens qui se ruent en salles pour voir le film.
Et pour cause, en plus d’être attendu depuis des mois, le film de Jon Watts assouvit les rumeurs les plus folles, avec l’apparition de Matt Murdock aka Daredevil version Netflix, incarné par Charlie Cox, dès le début du film, puis le team up des trois Spider-mens connus sur grands écrans à ce jour : Peter Parker, certes, mais surtout Andrew Garfield et Tobey Maguire !
Spider-Man: No Way Home offre un fan-service assumé et délirant dans un troisième acte jubilatoire, pardonnant ainsi les maladresses d’écriture qui ampoulent parfois le récit. Bref, si vous avez kiffé le film de Jon Watts, c’est normal.

***Attention, cet article peut aussi contenir des spoilers sur la série Hawkeye***

La première scène bonus

Résumé : la scène s’ouvre sur Eddie Brock (Tom Hardy) dans un bar en pleine discussion avec un barman médusé alors qu’il tente, avec Venom dans sa tête, de recomposer le puzzle de l’univers dans lequel il a été propulsé. Il découvre ainsi l’existence des Avengers, dont Iron Man et Hulk. Alors que le barman ne sait pas trop s’il est fou ou non, il essaie de faire payer les boissons à Eddie mais, conséquence du tour de passe-passe de Doctor Strange dans le film, ce dernier disparait. Le barman récupère alors son verre et on peut voir une goutte de Venom restée sur la table.

Je l’avais évoqué dans mon article 100% spoilers de Venom – Let There Be Carnage : le changement d’univers d’Eddie et Venom ouvrait la porte à différentes possibilités folles (le maxi Nexus event à la fin de Loki en tête de liste) mais également à une hypothèse moins affolante. Et c’est celle-ci qui a eu lieu : quand Doctor Strange a effacé l’existence de Peter Parker dans la mémoire de ceux qui le connaissaient, cela a renvoyé les personnages issus d’autres univers parallèles chez eux… Et donc Eddie Brock/Venom aussi. Dommage donc, Eddie ne rencontrera jamais Peter Parker mais… a priori Venom a conservé son ticket d’entrée dans le MCU.
Ce qui est un poil contradictoire à l’histoire du symbiote puisque qu’une goutte de Venom est sensé donner naissance à un autre symbiote (comme Carnage) mais comme on l’a vu dans le film d’Andy Serkis, Venom peut passer d’un corps à un autre sans problème alors… Bienvenue dans le MCU, Venom !

La deuxième scène bonus

Résumé approximatif : la deuxième scène bonus est particulière puisqu’il s’agit d’un teaser pour Doctor Strange in the Multiverse of Madness, qui sortira en mai 2022. On y voit Doctor Strange retrouver Wanda pour lui parler du multiverse, on y retrouve également Wong et surtout son ancien acolyte, Mordo, incarné par Chiwetel Ejiofor. Alors que les extraits teasent un bouleversement général incluant un monstre marin, un nouveau venu émerge de l’ombre et vient à la rencontre de Doctor Strange : il s’agit de sa version Dark Strange, celui qui a été révélé dans la série What if…? à partir de l’épisode 4 « Et si… Doctor Strange avait perdu son cœur au lieu de ses mains ? » et que l’on retrouve dans le final.

Surprise (ou lot de consolation) pour les fans, alors que le film Doctor Strange in the Multiverse of Madness devait sortir début 2022, Marvel Studios consent à offrir un amuse-bouche pour nous faire patienter alors que le films vient de terminer ses reshoots. Quel plaisir de voir Doctor Strange retrouver Wanda, de voir Wanda en Scarlet Witch – même si le teaser ne laisse pas trop entrevoir son état mental, tandis que Mordo est de retour. Souvenez-vous, à la fin de Doctor Strange, Mordo s’est senti trahi par l’Ancien puis par Doctor Strange, en découvrant que ces deux avaient volontairement altéré l’utilisation de la magie (l’un puisant dans la magie noire, l’autre utilisant l’Œil d’Agamotto pour influer sur le temps et vaincre Dormammu). Il décide donc mener son propre combat contre les sorciers, s’attaquant en premier à Jonathan Pangborn a qui il lui retire sa magie. « Trop de sorciers dans ce monde » conclut-il à l’époque. Que vont donc donner ses retrouvailles avec Doctor Strange ? N’oublions pas qu’à l’origine, le Baron Mordo est un ennemi de Doctor Strange.

On peut aussi apercevoir un monstre tentaculaire dans le film et, il y a quelques jours, la marque Lego a dévoilé les figurines Marvel liées au film Doctor Strange in the Multiverse Madness avec Gargantos. Gargantos est une sorte de pieuvre, une sorte de monstre marin qui est sous le commandement du roi de la Lémurie, Naga, soi l’un des vilains découvert dans les comics Sub-Mariner. Et donc un ennemi de… Namor ! Boom.

L’autre grosse surprise dans cette scène, c’est l’incarnation en prise de vues réelles de « Dark Strange » : si vous n’avez pas vu la série What If…? sur Disney+ il est grand temps de vous y mettre. Dark Strange est la version de Doctor Strange s’il celui si avait perdu son cœur (soit l’amour de sa vie) au lieu de l’usage de ses mains. Dans cet épisode, Strange cherche par tous les moyens de garder Christine Palmer en vie, découvrant ainsi la magie. Seulement rien ne se passe comme prévu et Strange prend tous les risques possibles pour maitriser toute la magie possible, ce qui va le transformer radicalement et le mener à sa perte… jusqu’au moment où, dans un autre épisode, il sera le seul espoir de sauver le Multiverse. Mais je n’en dis pas plus, regardez What If…? !
Donc pour la première fois, Marvel Studios confirme son intention de transformer les épisodes de What If…? en arcs réels existants dans le multiverse. Donc si Dark Strange existe, cela signifie que Captain Britain aussi… tout comme les zombies (dont Wanda en zombie également). Pfiou. D’ailleurs, Marvel à non seulement annoncé la série Marvel Zombies, mais également un projet Captain Britain… Comme toujours, tout est connecté.

Notons au passage que c’est Sam Raimi qui a repris les rênes du film Doctor Strange in the Multiverse of Madness, suite au départ de Scott Derrickson. Un autre clin d’œil qui ne passe pas inaperçu pour rappeler qui a créer la première trilogie Spidey au cinéma.

***

De One More Day à No Way Home

Pour Spider-Man: No Way Home, le film de Jon Watts s’est inspiré de l’arc Spider-Man: Un Jour de Plus (One More Day) écrit par J. Michael Straczynski et Joe Quesada. Dans cette histoire, les événement se déroulent après Civil War, alors que l’identité de Spider-Man est révélé et que Tant May est gravement blessée par une balle perdue. Dévasté, Peter Parker cherche une solution, notamment auprès de Doctor Strange qui refuse mais va lui conseiller d’autres personnages qui pourrait l’aider, notamment pour l’aider pour ses frais médicaux.
Mais une solution étrange va lui apparaitre sous la forme d’une petite fille, puis d’une femme, qui s’avèrera être Mephisto, le démon, qui lui propose de sauver sa tante en l’échange de son mariage avec Mary-Jane. Peter et MJ acceptent mais demandent, en plus de la vie de tante May, que l’identité de Spider-Man redevienne secrète pour tout le monde. Mephisto accepte le pacte et Peter retourne dans sa vie d’avant, où il fête son anniversaire avec sa tante et un Harry Osborn ressuscité (il était mort dans un arc précédent), tandis que MJ quitte la fête.
Cet arc One More Day n’a pas fait l’unanimité car en plus de changer les séries Spider-Man, forçant l’annulation de Friendly Neighborhood Spider-Man et The Sensational Spider-Man, ainsi que le changement de publication de The Amazing Spider-Man, cette histoire a surtout effacé un Peter Parker pour une fois un peu heureux avec MJ ! Frustrant.

Cependant, dans l’arc One Moment In Time, toujours écrit par Joe Quesada, on apprend la demande secrète qu’avait fait MJ a Mephisto : laisser Peter tranquille une fois pour toute une fois l’accord conclu. Mais dans cette histoire, Peter et MJ finissent par se souvenir de leur relation et se remettent ensemble, alors jusqu’à prévoir de se marier. Cependant, la veille du mariage, Mephisto intervient et relâche un malfrat aux trousses de Spiderman. Après un affrontement, Spiderman finit inconscient, se réveille le lendemain et découvre qu’il a raté son mariage avec MJ qui, déçue, le quitte. Alors que les deux s’expliquent, Tante May est a nouveau blessée par une balle perdue mais Peter lui sauve la vie. L’assassin, embauché par Kingpin (mais c’est en réalité Mephisto), finit par s’en prendre à MJ et la blesse. C’est là que Spidey va à la rencontre de Doctor Strange qui accepte cette fois de sauver MJ avec un sort de guérison. Peter demande alors à Doctor Strange de faire oublier aux gens qu’il est Spider-Man. Strange fait donc appel à Tony Stark et Reed Richards pour l’aider, tout trois conviennent qu’ils doivent eux-mêmes oublier l’identité de Spider-Man. Au dernier moment, Peter choisit d’intégrer MJ dans le sortilège pour qu’elle se souvienne de lui, mais malgré ça, MJ sait qu’il n’est qu’une question de temps avant que quelqu’un lui retire son masque et révèle sont identité au monde et à ses ennemis. Les amoureux finissent tout de même par se séparer.

Le but dans tout ça, vous demandez-vous ? Empêchez Peter et MJ d’être heureux pour apporter plus de reliefs à leurs histoires et, aussi, d’empêcher la naissance de leur fille, May, future Spider-Girl.

Dans le film Spider-Man: No Way Home on retrouve donc un peu de la trame de One More Day et de One Moment in Time avec l’intervention de Doctor Strange, la volonté de Peter que son identité reste secrète et la présence de Spider-Men alternatifs. Cependant, contrairement à beaucoup de rumeurs, il n’y a toujours pas de Mephisto au compteur – personnage que beaucoup espère depuis WandaVision !
Le film de Jon Watts réécrit donc cet arc ouvrant la brèche du multiverse pour y laisser passer 5 membres des Sinister Six (*wink wink*), mais aussi les deux versions cinéma de Peter Parker, à savoir Tobey Maguire, le Spider-Man de Sam Raimi, et Andrew Garfield, le Spider-Man de Marc Webb. Et surtout, l’autre élément important, c’est bien la mort de Tante May, incarnée ici par Marisa Tomei. Dans le film, Tante May devient finalement une partie du personnage d’Oncle Ben (inexistant dans cette franchise, on a failli avoir Oncle Happy en fait !) en cherchant à préserver le coté altruiste de son neveu et lâche pour la première fois dans le MCU la phrase clé du Spiderverse « Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités » (soit l’indicateur révélant au spectateur que Tante May n’allait pas survivre au film).
La mort de Tante May est là aussi un tournant décisif dans la storyline du film (comme dans One More Day), alors que Peter Parker laisse d’abord sa colère prend le dessus avant d’affronter son pire ennemi, Le Bouffon Vert.

A la fin du film, Peter semble enfin avoir compris les responsabilités qui lui incombent en tant que Spider-Man et demande à Doctor Strange de rétablir le secret de son identité, ce qui signifie qu’il va perdre ses amis et MJ. On retrouve là une des thématiques importantes de Spider-Man, car au-delà du super-héros, les comics narrent également le combat permanent de Peter Parker qui essaie de mener une vie normale, faisant souvent des sacrifices pour permettre à son alter-ego d’exister. Ce qui explique aussi la dynamique un poil badante des trois Peter Parker lorsqu’ils se retrouvent, mais on y reviendra plus tard.

***

Les Sinister Five

Malgré 20 ans de films Spider-Man, on aura jamais eu l’assemblage des Sinister Six, mais on s’en approche finalement avec la présence, ou plutôt le retour des ennemis des différents Spidey : Le Bouffon Vert, Doc Ock et Sandman pour la version Raimi et le Lezard et Electro pour la version Webb.
Dans le film, on découvre que ces vilains ont été transféré dans l’univers du MCU alors qu’ils étaient pleine défaite et sur le point de mourir (ce qui questionne aussi pourquoi Peter veut tellement les guérir avant de les renvoyer dans leurs univers respectifs, mais bon…) (et ça explique aussi pourquoi il n’ont pas vieilli alors que les Spider-Men, si – vu qu’ils sont toujours en vie dans leurs mondes).
Ce qui est intéressant, c’est que chacun de ces vilains connaissent l’existence (et la défaite) de celui ou ceux qui l’ont précédé, tandis que plus tard, on aura une référence au Rhino (vu dans TASM 2) et au Venom de Spiderman 3. Cependant, si l’ombre de Mysterio plane au dessus du film, il n’y aucune référence, que je sache, au Vautour et encore moins au Scorpion. Ceci étant dit, nous savons déjà que le Vautour sera de retour… dans Morbius.

Dans le film, Rhys Ifans (Le Lezard) est peu visible en humain et son lézard est numériquement amélioré (sans se départir de sa tête plate), tandis que Thomas Haden Church aka Sandman passe un chouille à la trappe, d’autant plus que Sandman retourne un peu rapidement sa veste sans qu’on comprenne vraiment pourquoi.
En fait, les stars de ces retrouvailles sont Jamie Foxx aka Electro, moins bleu mais toujours aussi avide de pouvoir, Alfred Molina en Doctor Octopus qui reste un des vilains les plus charismatiques des films Spider-Man et l’incroyable Willem Dafoe toujours aussi excellent dans le rôle de Norman Osbourne aka le Bouffon Vert, avec son sourire dérangeant. Mieux exploités et portant le bagage des précédents films, leurs affrontements sont encore plus réussi, notamment le face-à-face entre Peter Parker/Tom Holland et Norman Osbourne qui, pour l’occasion, revêt une capuche violette, clin d’œil à son look comics (plus convaincant que son masque, finalement).

Maintenant, posons-nous la vraie question : ces vilains sont-ils exactement les mêmes que ceux qu’on a découvert dans les films de Sam Raimi et Marc Webb ?
Non seulement leurs looks sont différents (Doc Ock a des fringues différentes, Electro n’est plus bleu…) mais il y a également quelques incohérences.
Par exemple : seuls les vilains qui connaissaient l’identité de Spider-man on été attiré dans cette réalité, sauf que :

  • Doc Ock découvre l’identité de Spidey au moment où il est vaincu et retrouve ses esprits. Donc pourquoi est-il en mode super vilain quand il débarque sur le pont ?
  • Electro n’a jamais découvert l’identité de Peter Parker. Jamais.

Alors, paresse d’écriture, acte manqué ou… ces vilains seraient-ils des variants ?

***

Magic Ned

Ned Leeds, aka « The Guy In The Chair », aka « Le Geek » en version français est apparu dès le premier Homecoming comme étant le side-kick drolatique de Peter Parker, contribuant au ton adolescent de la franchise rebootée. Dans une version des comics, on le sait, Ned Leeds est un personnage secondaire, journaliste au Daily Bugle et marié à Betty Brant (Elizabeth Banks dans la version Raimi, Angourie Rice dans la version Watts). Il a déjà croisé la route du Caïd (Kingpin dans Daredevil) et devient le Super-Bouffon (Hobgoblin) dans Amazing Spider-Man (après avoir été lobotomisé par Roderick Kingsley, le premier Super-Bouffon), avant d’être assassiné par un des homme demain du Caïd. D’ailleurs, Ned dans le film va se demander s’il existe d’autres Ned, et bien oui, donc celui-ci.

Dans les films, Ned est le meilleur ami de Peter et va surprendre en parvenant à utiliser la « bague-artéfacts (slingring) » de Doctor Strange par accident. C’est lui qui va ouvrir les différents portails qui vont permettre à Andrew Garfield puis Tobey Maguire de faire leurs entrées dans le MCU. Et même la Cape de Lévitation va venir le sauver dans le film – ce qui est sensé être un big deal, mais bon…
Plus tard, quand Doctor Strange parvient à les retrouver, il notera d’un œil intéressé le fait que Ned a su faire de la magie. Affaire à suivre ?
En tout cas, cela fait partie d’une des commodités sur lesquelles on ferme gentiment les yeux car n’oublions pas qu’il a fallu un certain temps à Doctor Strange pour créer et maitriser son premier portail ! Donc Ned qui en fait plusieurs comme ça… hm, vraiment ? Et bien possible : sa grand-mère le dit (et ne semble pas hyper surprise de voir des portails s’ouvrir dans son salon, ni des gars grimper aux murs) « il y a de la magie dans la famille ».

***

De grandes responsabilités impliquent un grand bourdon

Grandir, ce n’est jamais facile et Spider-Man: No Way Home le fait bien savoir. Avec le retour des autres Spider-Men, le film revient également, brièvement et implicitement, sur les événements laissés en suspens dans les autres franchises. Alors que Peter Parker/Tom Holland essaie de gérer sa douleur suite à la mort de sa tante, les autres Peter Parker partageront eux aussi les décès qui ont marqué leurs histoires respectives, la mort d’Oncle Ben pour Peter Parker/Tobey Maguire et celle de Gwen Stacy pour Peter Parker/Andrew Garfield (oblitérant au passage l’autre oncle Ben). Une séquence doucereuse qui, en plus de la prise d’âge des Peter Parker, souligne que les Spidey en ont gros sur la patate. Entre une vie sentimentale inexistante ou compliquée (bienvenue au club), les Spidey Tobey Maguire et Andrew Garfield ne sont plus les jeunes fringants qu’on avait découvert dans les films, mais des héros qui portent un lourd vécu criblé de sacrifices sur leurs épaules – on pourrait même soupçonner une petite dépression chez le Peter Parker/Andrew Garfield alors que Peter Parker/Tobey Maguire lui remonte le moral en lui disant, en VO, qu’il est « amazing » *wink wink*
A travers quelques dialogues, le film va s’amuser avec les ressemblances et les différences des trois, quitte à revenir sur des détails qui avaient froissé les fans, comme le fait que le Spiderman de Sam Raimi (Tobey Maguire) générait sa propre toile (yuk). Coté action, c’est tout simplement le feu alors que les trois Spider-men font équipe pour combattre Electro et le Lezard, puis Le Bouffon Vert.
Le moment le plus marquant reste la scène où MJ tombe dans le vide et que c’est Spidey/Andrew Garfield qui parvient à la sauver de justesse, rappelant douloureusement la mort de Gwen Stacy. Son émotion à ce moment là est palpable et serre le cœur.

Tout ça pour dire que si on en rêvait, ce n’était pourtant pas gagné de revoir Tobey Maguire et Andrew Garfield dans ce costume. Alors que le premier s’est éloigné des plateaux de tournage, sa performance dans Spider-Man 3 et les nombreux gifs qui existent de lui en train de pleurer auraient le refroidir à l’idée de reprendre le rôle. Quant à Andrew Garfield, les échecs cuisants des deux The Amazing Spider-Man l’ont carrément dégouté du rôle et du cinéma hollywoodien au passage. Lors de son casting, l’acteur avait partagé son excitation de fan à l’idée d’incarner Spidey, mais après les deux films, il s’est pris une vague de critiques difficiles, plus l’annulation du troisième opus en uppercut final. Andrew Garfield n’a pas voilé son amertume à ce sujet et a préféré retourner vers le cinéma indépendant.
Du coup, revoir ses deux acteurs en costumes, c’était encore plus incroyable et je trouve que leurs ressentis respectifs par rapport aux rôles sont habilement retranscrits dans leurs personnages, plus matures, plus aguerris mais encore marqués par cette expérience.

***

Daredevil dans le MCU

Aperçu, teasé, leaké, inventé, dévoilé… une des dernières bandes annonces de Spider-Man: No Way Home et quelques fuites sur internet ont fait gonfler la rumeur : est-ce que Daredevil apparait dans le fim ?

Dans les comics, on le sait : en plus d’être tous deux à New York (et ses alentours), Spider-Man et Daredevil se connaissent bien et ont déjà vécu des aventures ensemble.
Pas de justice masquée dans le film mais on a bel et bien la présence de Matt Murdock, incarné par Charlie Cox, dans une scène crochetée avec des ficelles si épaisses qu’on aurait pu en faire une écharpe. Après plusieurs mentions d’un avocat lors de l’arrestation de Peter et de ses amis, il arrive enfin, reconnaissable avec sa canne en premier lieu… et ce sera tout. Une séquence de blabla offrira un aperçu de ses capacités, mais Matt Murdock ne reviendra pas pendant le film. Quoiqu’il en soit, l’intégration du Daredevil de Netflix dans le MCU est bel et bien confirmé mais ça, nous en France on le savait déjà !

Et oui, car si les films sortent un vendredi aux Etats-Unis, en France, le mercredi c’est également le jour de diffusion des nouveaux épisodes de la série Hawkeye sur Disney+. Et l’épisode 5 dévoilait la présence d’un personnage bien connu de l’univers de Daredevil version Netflix. Un personnage espéré parce que la présence d’Echo faisait forcément un lien avec le Caïd, mais depuis la scission entre Marvel Studios et Marvel Television, le futur de Daredevil était incertain. Si Kevin Feige a récemment confirmé sa volonté d’intégrer le Daredevil de Charlie Cox, reste à savoir si l’univers super dark et violent de la série sera conservé également.
Bref, on le dit et on le répète : tout est connecté et si la série Hawkeye atteint déjà son épisode final, on en saura peut-être plus avec la prochaine série Echo.

***

Quelques références :

Au début du film, alors que Spidey s’enfuit avec MJ, on peut apercevoir rapidement des affiches pour Rogers – The Musical. Cette même comédie musical que Clint va voir avec ses enfants dans le premier épisode la série Hawkeye sur Disney+. Si le film Spider-Man: No Way Home démarre en été, il se termine pendant la période de Noël… quand Hawkeye débute.

Autre référence qui montre que les gens dans l’univers du MCU reconnaissent leur héros c’est l’ajout du bouclier de Captain America sur la Statue de la Liberté. A le fin du film, le bouclier est tombé, sera-t-il remis ? Personnellement je trouvais ça moche, mais bon…

Le Damage Control Department est de retour. Cette organisation créée par Tony Stark après la bataille de New York est de retour et semble avoir pris du galon puisqu’ils interviennent dans l’arrestation de Peter et sa famille. Ils savent même que Nick Fury est dans l’espace – alors que Talos prend sa place sur Terre dans Far From Home. Pour rappel, ce sont eux qui interviennent dans Homecoming alors qu’Adrian Toomes (le Vautour) récupère les débris Chitauri.

Petit clin d’œil pour Jon Favreau : la photo utilisée dans le flash info à la TV est tiré de son look au tout début d’Iron Man 3 (le flashback à Bern).
Dans son appart, plusieurs références sont présentes – comme le fait qu’il est toujours fan de Downton Abbey, mais on retrouve également Dummy (Dum-E ?) le robot personnel de Tony Stark qu’on voyait dans ses premiers films, qui a également survécu à la destruction de sa maison dans Iron Man 3 et qui, personnellement, m’a toujours fait penser aux tentacules de Doc Ock. Face à face robotique manqué !

Flash Thompson affiche un nouveau look : au-delà de copier la coupe de Ned, il est aussi devenu blond, comme son personnage papier. Et surtout, il annonce avoir écrit un bouquin qui s’appelle Flashpoint. Clin d’œil à la concurrence oui, mais pas n’importe lequel puisque dans Flashpoint, le super-héros Flash revient en arrière pour sauver sa mère et se retrouve dans un univers alternatif où tout est différent (Bruce Wayne est mort, c’est son père qui devient Batman mais une version super violente, le Joker est Martha Wayne, Wonder Woman a tué Mera alors qu’elle se tapait Aquaman, du coup les Amazones et les Atlantes se font la guerre sur Terre, tandis que Superman vit enfermé dans un bunker militaire et est tout chétif car il n’a plus jamais revu le soleil…).

Dans le lycée de Peter, alors qu’il revient en cours, on peut apercevoir une peinture murale qui représente de nombreux scientifiques (comme Albert Einstein, par exemple) dont Hank Pym et Howard Stark.

On apprend que Wong est devenu le Sorcier Suprême quand Doctor Strange a disparu pendant le Blip. Strange rappelle qu’il n’a plus la gemme du temps mais possède toujours l’Œil d’Agamotto.

Peter veut aller étudier au MIT, comme Tony Stark.

La musique est composée par Michael Giacchino (Doctor Strange) et rappelle souvent le score des autres films Spider-Man (version Raimi et Webb).

Doc Ock n’est pas impressionné par le costume en nanotechnologie de Spider-man car ce concept est déjà existant dans les films de Sam Raimi (même si théorique).

Quand Doctor Strange affronte Spider-Man, il expulse son corps astral de son corps physique (comme on a souvent vu l’Ancien le faire dans son film puis dans Avengers – Endgame). Cependant, Peter parvient à revenir dans son corps physique dont il conserve un contrôle alors qu’il en est séparé. Comment est-ce possible ? Grâce à son Spider Sense qui lui permet d’éviter des attaques, son corps physique réagit par réflexe alors que Doctor Strange essaie de s’emparer de la box.

Lorsque le multiverse se fissure avec ces couleurs violettes, cela ressemble beaucoup à ce qu’on voit à la fin de Loki. De nombreuses silhouettes sont à peine visibles dont une forme qui pourrait ressembler à Kraven et d’autres versions de Doctor Ock.
D’ailleurs, quand Doctor Strange fait son sort, des runes apparaissent dans le ciel… Comme lorsque Wanda utilise la magie dans l’épisode final de Wandavision.

***

Affaires à suivre

Les question en suspens (on ne s’en lasse jamais et ça permet de faire des théories) :
Alors que Tom Holland a confirmé qu’il y aura bien trois nouveaux films Spider-Man, reste à savoir ce que nous réserve la suite au delà de la vie universitaire de Peter Parker.
Quel avenir pour notre héros sans amis MJ et Ned ? Peter va-t-il croiser une certaine Felicia Hardy sur son chemin ?
Quel méchant peut-on espérer dans les prochains films ? Il y aura forcément Venom (mais sans Tom Hardy, d’autres personnages ont porté Venom, même Flash Thompson !) vu la scène post-générique, mais peut-on espérer voir Kraven le Chasseur dont le fim est annoncé pour 2023 avec Aaron Taylor-Johnson dans le rôle titre ? Le retour du Vautour ?

Il y a encore plein de méchants dans le vivier du Spiderverse, reste à savoir ce que ça va donner puisque que Peter Parker repart de zéro : sans famille, sans ami, dans un nouvel appartement qui ressemble à celui qu’occupait Peter Parker/Tobey Maguire. Finalement « No Way Home » était à prendre au sens litteral, il n’y a plus de retour en arrière possible, plus personne vers qui se tourner et c’est un nouveau départ.

***

Comme d’habitude, la zone de commentaires est ouverte pour échanger sur le film ou cet article (correction, avis, complément, ce que vous voulez !) et vous connaissez mes sites favoris pour vous tenir au courant de l’actualité super-héroïque de façon plus concentrée =)

>>> Prochain film super-héroïque : Morbius
>>> Le calendrier Marvel / Fox / Sony

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s