Animation

[CRITIQUE] Krypto et les Super-Animaux, de Jared Stern et Sam Levine

Le pitch : La ligue des justiciers est capturée par Lex Luthor et Lulu, son cochon d’Inde. Krypto, le chien de Superman, décide donc de former une équipe d’animaux aux super-pouvoirs pour aller le sauver. Ensemble, Krypto et ces animaux courageux mais assez maladroits, vont tout faire pour vaincre Lulu et Lex Luthor et sauver la Justice League.

Ces derniers temps, les films DC Comics produits et distribués par Warner (Animations et Bros) ont fait couler beaucoup d’encre numérique. La sortie en 2021 de Zack Snyder’s Justice League n’a pas suffi à sauver la chute libre du DCEU, entre un Wonder Woman 1984 décevant et un The Suicide Squad mitigé, la série noire a continué avec l’annulation du film Batgirl, les reports conséquents des suites de Shazam et Aquaman, sans parler des déboires de Johnny Depp/Amber Heard ou encore d’Ezra Miller et du statut incertain du film The Flash… Le tout est difficilement expliqué par un changement de direction parmi les têtes pensantes. 

Après The Batman, c’était au tour du film Krypto et les Super-Animaux de faire son arrivée sur nos écrans cet été. Cependant, cela reste un film d’animation qui, très certainement, n’aura aucun impact sur l’univers partagé espéré par les fans. Par conséquent, le film du duo méconnu Jared Stern et Sam Levine se regarde comme un divertissement estival et gentillet, teinté de super-héroïsme à la morale bienpensante. Quelque part, c’est d’autant plus dommage car nombreux sont les films d’animations DC qui valent le détour, mais ceci étant dit, j’ai passé un très bon moment devant Krypto et les Super-Animaux. Me serai-je même plus amusée devant ce film que devant The Batman ? Possible. 

Animé par une ambiance comique et régressive bien présente, le film met donc en scène Krypto, le super chien de Superman, alors qu’il assiste à la confirmation des amours entre son maître et Lois Lane avec la crainte d’être mis de coté. En parallèle, des animaux dans un secours animalier attendent soit le bon moment pour s’enfuir, soit de partir innocemment pour la fameuse ferme. Mais c’était sans compter les méfaits de Lex Luthor, l’ennemi légendaire de Superman, qui sera à l’origine d’une nouvelle attaque, mettant à mal la Justice League. Pour les sauver, Krypto va s’unir à une bande de super-animaux débutants pour sauver les super-héros humains (et potentiellement la planète).

L’histoire est entraînante et colorée, accessible pour un public large alors que les plus jeunes s’amuseront innocemment devant ces animaux qui parlent et que les autres seront cueilli par une double lecture plus mature et des références à l’univers DC comics avec des clins d’œil aux comics (et autres supports). Forcément, Krypto et les Super-Animaux rappelle souvent les films Comme Des Bêtes, puisqu’il explore des thématiques similaires à travers chaque personnage et leurs motivations. Le film de Jared Stern et Sam Levine ne casse pas trois pattes à un canard mais tient solidement ses promesses. Grace à la liberté des films d’animation, les limites du possible n’existent plus, ce qui permet aux personnages animaux de s’affronter grâce à des pouvoirs spectaculaires sans que cela paraisse impossible. 

Certes, le résultat aurait pu être plus original et l’esthétique plus innovante, mais dans l’ensemble, Krypto et les Super-Animaux reste sympathique car même si le public ciblé peut être jeune, les personnages animaux, eux, ne le sont pas. Sur une ambition fédératrice, le film explore les complexes ou autres traumas des uns et des autres, entre le manque d’assurance, la peur de l’abandon ou encore les mécanismes inconscients de protection qui isolent, pour prêcher de bons messages à un public encore influençable et en quête d’idoles à suivre. Bref, c’est pas du Disney, mais ça y ressemble.

Coté casting vocal, j’ai pu voir le film en VO et il y en a du monde. En attendant son film Black Adam, Dwayne Johnson (Red Notice, Free Guy, Jungle Cruise…) prête à sa voix à Krypto, tandis que son super-acolyte, Kevin Hart (The Man From Toronto, Jumanji: Next Level, Comme Des Bêtes…), interprète Ace le Bat-Chien avec, bonne surprise, quelques octaves plus graves. À l’oreille, on pourra reconnaître Kate McKinnon (Scandale, Yesterday, Ferdinand…) en Lulu le cochon d’Inde, Keanu Reeves en Batman (Matrix Resurrections…) ou encore John Krasinski (Sans Un Bruit 2…) en Superman. Le name-dropping continue avec Natasha Lyonne, Vanessa Bayer, Diego Luna, Maya Erskine, Jameela Jamil, Daveed Diggs, Alfred Molina, Lena Headley et *tousse* Olivia Wilde.
En version française, pour les voix les plus connus ou reconnaissables : David Krüger, le doubleur officiel de Dwayne Johnson, est fidèle au poste, entouré par Muriel Robin, Soprano ou encore Denis Brogniart.

En conclusion, Krypto et les Super-Animaux pourrait bien être le film DC le plus réussi de l’année, et même si ce n’est pas le cas, ce sera très certainement le plus fun. À voir.

PS : une scène bonus, qui a déjà été dévoilé sur Youtube depuis un moment, se cache à la fin du générique. Un indice : elle tease un face-à-face attendu dans l’univers DC au cinéma… Enfin bon, surtout un film qui sort dans quelques semaines, en réalité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s