[CRITIQUE] Séduis-Moi Si Tu peux, de Jonathan Levine

Ils ont toutes les différences du monde et pourtant ils sont fait l’un pour l’autre : ceci est le point de départ d’une bonne partie des comédies romantiques depuis la création du concept. Séduis-Moi Si Tu Peux s’en empare à bras le corps en associant deux acteurs ayant chacun un style et un registre bien marqués, la super-glamour et néanmoins glaciale Charlize Theron et le très potache Seth Rogen, dans une comédie plutôt sympathique, assumée et surtout surprenante.

Halloween : La sélection slasher et teen horror movie

C’est Halloween et la période idéale pour se coller des sueurs froides devant un bon film. Cette année, puisque les années 80 sont à l’honneur avec la sortie anniversaire du nouveau film Halloween de David Gordon Green, je vous propose de vous détendre devant quelques slashers, mais pas n’importe lesquels : les Teen Horror Movie…

Warm Bodies : Un film d’amorphes-vivants !

Si vous pensiez qu’on ne pouvait pas faire pire que Twilight (que j’appelle affectueusement Twoilet) et ses vampires sans consistance qui scintillent au soleil, et bien détrompez-vous : Warm Bodies, adapté du livre éponyme de Isaac Marion, reprend le flambeau avec brio et entreprend scrupuleusement de saccager tout l’attrait horrifique du mort-vivant en le présentant sous une forme plus commerciale. D’une platitude difficilement égalable et doté d’un casting faisant acte de présence, le dernier film de Jonathan Levine (qui nous avait pourtant offert les surprenants All the boys love Mandy Lane en 2006 et 50/50 en 2011) se vautre complètement en nous livrant une amourette entre un mort-vivant et une vivante, qui se voulait drôle et second degré, mais qui au final, ne vaut pas mieux qu’une romance réchauffée et « guimauvaise » pour pré-ados. Cependant, ce n’est pas seulement la love-story pathétique et clichée qui me révolte, mais surtout la déformation horripilante d’une créature gore et aussi représentative du cinéma d’horreur, ridiculisée (et sexualisée) uniquement pour le bon plaisir d’un public plus jeune et surfant sur une certaine mode (discutable), en plus du manque d’originalité autour d’une trame qui aurait vraiment pu fonctionner si Levine n’avait pas ciblé uniquement la midinette de base. Mignon, peut-être, mais avec un ensemble aussi fainéant, Warm Bodies restera, je l’espère, un des nombreux échos, vite oubliés, suscités par le ramdam twilightien…