[CRITIQUE] Velvet Buzzsaw de Dan Gilroy

Le thriller Velvet Buzzsaw se déroule dans le milieu de l’art contemporain à Los Angeles, où artistes et collectionneurs richissimes sont prêts à débourser des fortunes pour des pièces pouvant rapporter gros.

Réalisé par Dan Gilroy
Disponible sur Netflix dès le 1er février
Avec Jake Gyllenhaal, Rene Russo, Toni Collette, John Malkovich, Zawe Ashton…

[VIDÉO] Velvet Buzzsaw : Découvrez la bande-annonce

Le thriller Velvet Buzzsaw se déroule dans le milieu de l’art contemporain à Los Angeles, où artistes et collectionneurs richissimes sont prêts à débourser des fortunes pour des pièces pouvant rapporter gros.

Disponible sur Netflix le 1er février 2019
Réalisé par Dan Gilroy
Avec Jake Gyllenhaal, Toni Collette, Rene Russo, John Malkovich, Billy Magnussen…

[CRITIQUE] Conspiracy, de Michael Apted

Ex-interrogatrice de la CIA, Alice Racine est rappelée par son ancien directeur, Bob Hunter, pour déjouer une attaque imminente sur Londres. Face à un adversaire brutal et tentaculaire, Alice reçoit l’aide providentielle de son ancien mentor, Eric Lasch et d’un membre des forces spéciales, Jack Alcott. Mais elle réalise rapidement que l’agence a été infiltrée. Trahie et manipulée, elle va devoir inventer de nouvelles règles pour faire face à cette conspiration.

News de la semaine #29

Affiches, infos, bandes-annonces et autres extraits vidéo… retrouvez les news (choisies) de la semaine.

Au programme : Cannes, Cannes, Cannes et puis un peu de Marseille et du complot !

News de la semaine #27

Affiches, bandes-annonces et autres extraits vidéo… retrouvez les news (choisies) de la semaine.

Au programme : un retour imminent à Pandora, des nouvelles du Comic Con, de la conspiration, pas mal de rire et de l’animation frenchy !

Les news de la semaine #7

Affiches, bandes-annonces et autres extraits vidéo… retrouvez les news (choisies) de la semaine.

Au programme : de l’art et beaucoup, beaucoup d’eau !

Warm Bodies : Un film d’amorphes-vivants !

Si vous pensiez qu’on ne pouvait pas faire pire que Twilight (que j’appelle affectueusement Twoilet) et ses vampires sans consistance qui scintillent au soleil, et bien détrompez-vous : Warm Bodies, adapté du livre éponyme de Isaac Marion, reprend le flambeau avec brio et entreprend scrupuleusement de saccager tout l’attrait horrifique du mort-vivant en le présentant sous une forme plus commerciale. D’une platitude difficilement égalable et doté d’un casting faisant acte de présence, le dernier film de Jonathan Levine (qui nous avait pourtant offert les surprenants All the boys love Mandy Lane en 2006 et 50/50 en 2011) se vautre complètement en nous livrant une amourette entre un mort-vivant et une vivante, qui se voulait drôle et second degré, mais qui au final, ne vaut pas mieux qu’une romance réchauffée et « guimauvaise » pour pré-ados. Cependant, ce n’est pas seulement la love-story pathétique et clichée qui me révolte, mais surtout la déformation horripilante d’une créature gore et aussi représentative du cinéma d’horreur, ridiculisée (et sexualisée) uniquement pour le bon plaisir d’un public plus jeune et surfant sur une certaine mode (discutable), en plus du manque d’originalité autour d’une trame qui aurait vraiment pu fonctionner si Levine n’avait pas ciblé uniquement la midinette de base. Mignon, peut-être, mais avec un ensemble aussi fainéant, Warm Bodies restera, je l’espère, un des nombreux échos, vite oubliés, suscités par le ramdam twilightien…