[CRITIQUE] Annabelle – La Maison du Mal, de Gary Dauberman

Déterminés à mettre Annabelle hors d’état de nuire, les démonologues Ed et Lorraine Warren enferment la poupée démoniaque dans leur « pièce des souvenirs », en prenant soin de la placer derrière une vitre sacrée et de solliciter la bénédiction d’un prêtre. Mais Annabelle réveille les esprits maléfiques qui l’entourent et qui s’intéressent désormais à de nouvelles victimes potentielles : Judy, la fille des Warren âgée de 10 ans, et ses amis. Une nouvelle nuit d’horreur se prépare…

[VIDÉO] Ghostland : Découvrez la bande-annonce

Suite au décès de sa tante, Pauline et ses deux filles héritent d’une maison. Mais dès la première nuit, des meurtriers pénètrent dans la demeure et Pauline doit se battre pour sauver ses filles. Un drame qui va traumatiser toute la famille mais surtout affecter différemment chacune des jeunes filles dont les personnalités vont diverger davantage à la suite de cette nuit cauchemardesque. Tandis que Beth devient une auteur renommée spécialisée dans la littérature horrifique, Vera s’enlise dans une paranoïa destructrice. Seize ans plus tard, la famille est à nouveau réunie dans la maison que Vera et Pauline n’ont jamais quittée. Des évènements étranges vont alors commencer à se produire…

Réalisé par Pascal Laugier
En salles le 14 mars 2018
Avec Crystal Reed, Anastasia Phillips, Emilia Jones, Taylor Hickson, Mylène Farmer…

Halloween : 5 films d’horreur à voir (feat. @Mrs_Tasker)

C’est bientôt Halloween, Crimson Peak est dans les salles, Green Inferno est arrivé en e-cinema et Régression sort le 28 octobre prochain. Histoire de rester dans le thème, je vous propose mes 5 films d’horreur préférés à voir avant d’aller dormir, histoire de passer une nuit sereine. Mais avant de partager mon avis, j’ai demandé @Mrs_Tasker, cinéphile pointue quoiqu’elle en dise, de proposer son top five. Découvrez notre sélection…

[CRITIQUE] Knock Knock, d’Eli Roth

Oh mais la belle surprise que voilà ! Alors que les retours sur l’attendu Green Inferno divergent, Eli Roth prouve qu’il a encore de la réserve en proposant un home invasion inventif, griffé de sa patte reconnaissable, tout en se différenciant de son cinéma habituel. Délicieusement pervers, un peu sexy mais surtout sadique, Knock Knock est un supplice réjouissant et étonnant, qui se savoure les yeux rivés sur l’écran. Génial !