[CRITIQUE] Upgrade, de Leigh Whannell

Après la mort de son épouse lors d’une violente agression qui l’a laissé paralysé, Grey Trace est approché par un inventeur milliardaire qui propose de lui administrer un remède expérimental qui va « upgrader » son corps et ses facultés. Désormais doté d’un implant fonctionnant à l’intelligence artificielle, Grey voit ses capacités physiques décuplées et se lance dans une mission vengeresse, afin de faire payer ceux qui ont tué sa femme.

[COUP DE CŒUR] Youth, de Paolo Sorrentino

Généreux, touchant et drôle, Youth déguise une comédie enjouée en constat profond aux accents amers sur la vie qui passe et ce qu’il en reste lorsque la dernière ligne droite est entamée. Paolo Sorrentino signe un film à l’opulence italienne pleine de charme et d’émotion, dont la légèreté camoufle l’observation tragi-comique de ses personnages, mené par un duo magistral. Magique !

Enemy : Trop lent et laborieux, malgré une intrigue brillante (+ explication du film)

Lent et contemplatif, le dernier film de Denis Villeneuve est laborieux. À trop vouloir jouer la carte du mystère, Enemy surfe finalement sur énormément de vide à travers la quête d’un homme face à son sosie et la personnification de ses craintes. Malgré une ambiance feutrée et intrigante, Enemy ne parvient jamais à installer le malaise et la curiosité escompté, entre une histoire prévisible et un traitement éteint, où l’étrange laisse rapidement place à l’ennui. Après le très haletant Prisoners, j’espérai bien mieux.