[CRITIQUE] La Reine des Neiges 2, de Jennifer Lee et Chris Buck

6 ans après le premier opus, le duo Jennifer Lee et Chris Buck revient avec La Reine des Neiges 2, une suite presque indépendante qui propose une aventure aux origines des pouvoirs d’Elsa. Toujours porté par une certaine féerie enchanteresse et enchantée, le film parvient à livrer une histoire entraînante, aussi accessible à un public qui le découvre qu’aux adeptes du premier chapitre. Cependant, en voulant réitérer le succès de La Reine des Neiges, l’ensemble parait bien plus long que nécessaire cherchant trop souvent à répéter une recette gagnante aux décors parfois trop simples et à la redite évidente d’un « Let It Go (Libérée, Délivrée) » à chaque nouvelle chanson. Globalement, La Reine des Neiges 2 offre une suite dynamique et séduisante qui entame la période de Noël comme un terrain conquis.
À raison ?

[CRITIQUE] Doctor Sleep, de Mike Flanagan

Stephen King peut enfin être tranquille : la suite de Shining est adaptée, et même sans avoir lu le livre, le découpage narratif de Doctor Sleep a tous les atouts mais aussi les défauts de l’adaptation académique. Globalement prenant du début à la fin, le film nous replonge dans l’univers du Shining avec un Danny Torrance adulte et à la recherche de sa place dans le monde. Entre magie et créatures voraces…

[CRITIQUE] Gemini Man, d’Ang Lee

7 ans après la formidable Odyssée de Pi, Ang Lee livre un film ambitieux en utilisant le format 120 FPS (120 images par seconde) pour sublimer l’image et rendre la 3D plus fluide. Avec Gemini Man, le réalisateur taïwanais joue avec la technologie mais livre une œuvre en demi-teinte, bien en deçà des récits auxquels il nous avait habitué. Entre manque de rythme et une intrigue prévisible, Gemini Man ne parvient pas à donner le change malgré des effets de rajeunissements bluffants et une réflexion sur l’humanité balbutiante mais intéressante. Petite déception.

[CRITIQUE] Late Night, de Nisha Ganatra

Une célèbre présentatrice de « late show » sur le déclin est contrainte d’embaucher une femme d’origine indienne, Molly, au sein de son équipe d’auteurs. Ces deux femmes que tout oppose, leur culture et leur génération, vont faire des étincelles et revitaliser l’émission.

[CRITIQUE] Le Roi Lion, de Jon Favreau

La Terre des Lions prend vie avec l’adaptation du dessin animé culte Le Roi Lion en prises de vues réelles. Jon Favreau livre un film aussi fidèle à l’histoire que bluffant de réalisme, au point que les animaux – tous numériques – ont l’air plus vrai que nature. Ceci tant dit, autant de réalisme retire une grande partie du charme du dessin animé qui filtrait à travers les émotions des personnages et leurs expressions très humanisées. Si Le Roi Lion est visuellement époustouflant et qu’on retrouve la même histoire ainsi que les mêmes chansons (ou presque), on est loin du bijou intemporel que reste la version animée des Studios Disney.