[CRITIQUE] 5 raisons de regarder (et d’adorer) The Haunting of Bly Manor (podcast)

Le pitch : Une gouvernante est engagée pour veiller sur deux orphelins vivant dans un manoir isolé en pleine campagne. Peu à peu, d’effrayantes apparitions viennent la hanter.

Créée par Mike Flanagan
Disponible sur Netflix
Avec Victoria Pedretti (You Saison 2, Once Upon a Time… In Hollywood…), T’Nia Miller (Years and Years…), Oliver Jackson-Cohen (Invisible Man…), Rahul Kohli (iZombie…)

[VIDÉO] The Demon Inside : Découvrez la nouvelle bande-annonce

Après trois années passées en prison pour la mort d’un enfant lors d’une séance d’exorcisme qui a mal tournée, le Père Lambert cherche sa rédemption auprès de Joel, un jeune père de famille qui soupçonne son fils d’être possédé…

En salles le 22 juin 2020
Réalisé par Pearry Reginald Teo
Avec Robert Kazinsky, Peter Jason, Florence Faivre…

[CRITIQUE] Child’s Play : La Poupée du Mal, de Lars Klevberg

Chucky reprend du service pour réclamer son trône face à la franchise Annabelle. Éparpillé et grossièrement fabriqué, Child’s Play – La Poupée du Mal se goinfre à tous les râteliers, oscillant entre le nanar simili-horrifique et gore à outrance pour amuser la galerie. Le film de Lars Klevberg n’a qu’une bonne idée mais ne l’explorera que dans les dernières minutes du film. Entre-temps, il faudra composer avec un trop-plein de bêtises, des jumpscares très sonores et une laideur générale qui annihilent les rares tentatives originales. Pénible.

[VIDÉO] Annabelle 3 – La Maison du Mal : Découvrez la nouvelle bande-annonce

Résolus à empêcher Annabelle de causer davantage de dégâts, les démonologues Ed et Lorraine Warren rangent la poupée possédée dans la pièce verrouillée de leur maison réservée aux artefacts, la plaçant ainsi « en sécurité » derrière un verre sacré qui a reçu la sainte bénédiction d’un prêtre. Mais une nuit d’horreurs se profile alors qu’Annabelle réveille les esprits maléfiques de la salle, qui dirigent leur attention vers une nouvelle cible : la fille de 10 ans des Warrens, Judy et ses amis.

Réalisé par Gary Dauberman
En salles le 10 juillet 2019
Avec Patrick Wilson, Vera Farmiga, Mckenna Grace, Madison Iseman, Katie Sarife…

[VIDÉO] Annabelle 3 – La Maison du Mal : Découvrez la bande-annonce

Résolus à empêcher Annabelle de causer davantage de dégâts, les démonologues Ed et Lorraine Warren rangent la poupée possédée dans la pièce verrouillée de leur maison réservée aux artefacts, la plaçant ainsi « en sécurité » derrière un verre sacré qui a reçu la sainte bénédiction d’un prêtre. Mais une nuit d’horreurs se profile alors qu’Annabelle réveille les esprits maléfiques de la salle, qui dirigent leur attention vers une nouvelle cible : la fille de 10 ans des Warrens, Judy et ses amis.

Réalisé par Gary Dauberman
En salles le 10 juillet 2019
Avec Patrick Wilson, Vera Farmiga, Mckenna Grace, Madison Iseman, Katie Sarife…

[VIDÉO] L’exorcisme de Hannah Grace : Découvrez la bande-annonce

Une ex-policière déchue en désintoxication accepte un travail dans la morgue de l’hôpital où elle se soigne. Un jour, un corps sévèrement mutilé lui est confié. La jeune femme assiste alors à une série de meurtres qui la conduira à affronter une entité démoniaque.

Réalisé par Diederik Van Rooijen
En salles le 5 décembre 2018
Avec Shay Mitchell, Stana Katic, Grey Damon…

[CRITIQUE] Annabelle 2 : La Création du Mal, de David F. Sandberg

Moins précipité que le premier opus, Annabelle 2 : La Création du Mal vient relever le niveau avec une intrigue construite et de bonnes surprises au compteur. Un peu (souvent) maladroit au début, mais dopé par quelques scènes de flippe bien fichues, Si David F. Sandberg exploite une recette plutôt classique entre jumpscare et terreurs enfantines, l’ensemble s’avère plutôt efficace.

[CRITIQUE] Ouija : Les Origines, de Mike Flanagan

Mieux écrit et moins superficiel que le premier opus, Ouija : Les Origines tente de s’inscrire comme un film plus mature et plus noir. Si l’intrigue est sympathique et les personnages intéressants, le film de Mike Flanagan a au moins le mérite de faire passer un bon moment, grâce à une approche décalée et certes un peu clownesque parfois des codes de l’horreur, sans pour autant réussir à faire frissonner ne serait-ce qu’une fois. Dommage.