Comédie

[CRITIQUE] La Page Blanche, de Murielle Magellan

Avec le film La Page Blanche, le cinéma fait sa rentrée avec une jolie comédie toute douce sur la reconquête de soi. Muriel Magellan adapte en partie la BD de Boulet et Pénélope Bagieux dans une revisite simple et plutôt convenue, mais qui reste tout aussi touchante.

Comédie, Romance

[CRITIQUE] The Kissing Booth, de Vince Marcello (Netflix)

Ella Evans et Lee Flynn sont amis depuis leur naissance. Les adolescents sont nés exactement le même jour, à la même heure. Ils ont grandi ensemble, vécu la mort de la maman d'Ella la main dans la main, fait les mêmes bêtises et toujours fait front. Le tout dans l'ombre de Noah, le grand frère populaire de Lee, dont Ella a le béguin depuis leur tendre enfance. Seulement voilà, il y a des règles entre Ella et Lee. Et l'une d'elles est de ne jamais tomber amoureux d'un membre de la famille de l'autre. Alors quand lors d'un jeu, Noah donne à la jeune lycéenne son premier baiser, des sentiments nouveaux naissent entre les deux jeunes gens, l'amitié de Lee et Ella est menacée... Réalisé par Vince Marcello Avec Joey King, Joel Courtney, Jacob Elordi... Disponible sur Netflix

Comédie, Drame

[CRITIQUE] The Voices, de Marjane Satrapi

Pop, coloré et sanglant, The Voices réunit plusieurs ingrédients qui d'ordinaire parviennent à me séduire. Cette fois, le dernier film de Marjane Satrapi, son second degré cynique et sa seconde lecture dramatique m'ont laissé... de marbre. Alors que l'ensemble est prometteur, tous les efforts sont anéantis par des personnages trop poussifs et un chat qui parle un tantinet lourdingue, tandis que les traits d'humour tombe à plat à cause d'une ambiance légèrement anxiogène mais savamment entretenue. Marjane Satrapi a bien du mal à faire cohabiter les deux visages de son film, du coup The Voices fait l'effet d'une overdose crispante de sourires plâtrés et de bonne humeur forcée, hanté par des personnages bien difficiles à apprécier. Malgré de bonnes attentions visibles et un sujet intriguant, The Voices se révèle finalement un peu (trop) éteint et souvent redondant. Vraiment dommage, pour une fois que Ryan Reynolds s'en sort bien !