Comédie, Romance

[CRITIQUE] Il Était Une Fois 2 (Disenchanted), d’Adam Shankman

Giselle et Robert sont mariés depuis 15 ans. Lassés de la vie citadine, ils emménagent dans le quartier résidentiel de Monroeville avec leur petite famille, dans l’espoir de mener une existence un peu plus féerique. Malheureusement, les choses ne se déroulent pas sans accrocs. Les banlieues chics sont régies de façon stricte, comme ne cesse de le rappeler Malvina Monroe, gardienne du temple autoproclamée. Résultat : Giselle se sent plus isolée que jamais. Frustrée que le bonheur promis soit si difficile à trouver, elle fait appel à la magie d’Andalasia et transforme accidentellement son quartier en un véritable conte de fées, au risque de mettre en péril le bonheur de sa famille. Embarquée dans une course contre la montre, elle devra conjurer l’enchantement et se poser la question de savoir ce qu’elle et sa famille entendent vraiment par l’expression « … Ils vécurent heureux ».

Drame, Romance

[CRITIQUE] Chère Léa, de Jérôme Bonnell (Sortie DVD, Blu-Ray et VOD)

Après une nuit arrosée, Jonas décide sur un coup de tête de rendre visite à son ancienne petite amie, Léa, dont il est toujours amoureux. Malgré leur relation encore passionnelle, Léa le rejette. Éperdu, Jonas se rend au café d’en face pour lui écrire une longue lettre, bousculant ainsi sa journée de travail, et suscitant la curiosité du patron du café. La journée ne fait que commencer... Réalisé par Jérôme Bonnell Avec Avec Grégory Montel, Grégory Gadebois, Anaïs Demoustier... Disponible dès le 19 avril en DVD, Blu-Ray et VOD Bonus DVD : Le film commenté par J. Bonnell • Scènes coupées • Entretien avec les comédiens

Comédie

[CRITIQUE] The French Dispatch, de Wes Anderson

Singulier et, comme souvent, burlesque, le nouveau film de Wes Anderson rassemble le meilleur du savoir-faire du réalisateur dans The French Dispatch. Entre un recueil de mini-récits fantaisistes et un casting qui en impose, The French Dispatch est une comédie grinçante et s'installe comme un des films les plus accessibles du réalisateur, jubilatoire autant pour ses aficionados que pour les curieux.

Animation, Comédie

[CRITIQUE] Le Retour de Mary Poppins, de Rob Marshall

20 ans après le premier film, Rob Marshall propose les retrouvailles avec la plus célèbre gouvernante anglaise du monde dans Le Retour de Mary Poppins. L'ensemble résiste à l'appel des sirènes des comédies musicales pop et modernes pour conserver le charme british de l'époque, à travers une réalisation à l'ambiance chaleureuse et aux couleurs acidulées. Entre nostalgie et hommage, Le Retour de Mary Poppins prolonge cette aventure familiale, peut-être un poil trop chargée en chansons interchangeables, mais tout de même portée par Emily Blunt, merveilleuse comme toujours.

Action, Sci-fi

[CRITIQUE] En Eaux Troubles, de Jon Turteltaub

Après Rampage et ses bestioles XXL qui saccagent tout, c'est au tour d'un requin méga géant de semer le trouble. Jason Statham affront le Megalodon dans une aventure estivale qui tente le mockbuster au premier degré avec le concept du film de requin moderne, mais fait avec des moyens et de l'ambition. Si le projet semblait attrayant sur le papier, En Eaux Troubles joue les équilibristes entre la comédie d'action et le film (trop) familial, si bien que Jon Turtletaub s'emmêle les pinceaux et ne livre pas le spectacle espéré. Dommage.

Comédie, Drame, Sci-fi

[CRITIQUE] How To Talk To Girls At Parties, de John Cameron Mitchell

Petit OFNI (Objet Filmique Non Identifié) fantasque, le nouveau film de John Cameron Mitchell défriche les sentiers battus à travers le choc des cultures entre un échantillon punk et des créatures curieuses. Souvent lunaire, plutôt original et étonnant, How To Talk To Girls At Parties parvient à conjuguer l'effervescence libératrice et expressive des années 70 au détour d'une rencontre aussi étonnante...

Animation

[CRITIQUE] Coco, de Lee Unkrich et Adrian Molina

Bercé par la musique et les émotions, le nouveau Disney et Pixar apporte chaleur et d'allégresse dans la grisaille pré-hivernale, à travers une aventure haute en couleurs - visuellement fantastique - au message universel. Lee Unkrich et Adrian Molina célèbrent le Mexique et ses traditions autour de thèmes fédérateurs tels que la famille, son amour et son héritage culturel, tout en distillant beaucoup d'humour et de fraîcheur, aussi bien dans ses personnages que dans son approche. Novateur, Coco émerveille grâce à un univers riche et lumineux, ainsi que par son traitement narratif chargé en émotions autour d'un sujet qui touche en plein cœur, aussi bien les petits que les plus grands. Petit conseil au passage : pensez à prendre quelques mouchoirs... !

Comédie, Drame

[CRITIQUE] Victoria, de Justine Triet

Victoria Spick, avocate pénaliste en plein néant sentimental, débarque à un mariage où elle y retrouve son ami Vincent et Sam, un ex-dealer qu’elle a sorti d’affaire. Le lendemain, Vincent est accusé de tentative de meurtre par sa compagne. Seul témoin de la scène, le chien de la victime. Victoria accepte à contrecœur de défendre Vincent tandis qu'elle embauche Sam comme jeune homme au pair. Le début d’une série de cataclysmes pour Victoria.