[CRITIQUE] La Voix du Succès, de Nisha Ganatra (podcast)

Grace Davis est une superstar de la musique à l’ego surdimensionné mais proportionnel à son talent. Son assistante personnelle, Maggie, s’affaire à des tâches ingrates alors qu’elle rêve depuis qu’elle est enfant de devenir productrice de musique. Lorsque le manager de Grace lui fait une proposition qui pourrait transformer sa carrière, elle et Grace élaborent un plan qui pourrait changer leur vie pour toujours.

En salles le 15 juillet 2020
Réalisé par Nisha Ganatra
Avec Dakota Johnson, Tracee Ellis Ross, Kelvin Harrison Jr.…

[SORTIE DVD] Mary Shelley, de Haifaa al-Mansour

En 1814, Mary Wollstonecraft Godwin entame une relation passionnée et scandaleuse avec le poète Percy Shelley et s’enfuit avec lui. Elle a 16 ans. Condamné par les bien-pensants, leur amour tumultueux se nourrit de leurs idées progressistes. En 1816, le couple est invité à passer l’été à Genève, au bord du lac Léman, dans la demeure de Lord Byron. Lors d’une nuit d’orage, à la faveur d’un pari, Mary a l’idée du personnage de Frankenstein. Dans une société qui ne laissait aucune place aux femmes de lettres, Mary Shelley, 18 ans à peine, allait révolutionner la littérature et marquer la culture populaire à tout jamais.
Réalisé par Haifaa al-Mansour
Avec Elle Fanning, Douglas Booth, Tom Sturridge…
Sortie en DVD et VOD le 8 décembre
Bonus DVD : Entretiens exclusifs avec Elle Fanning, Haiffaa al-Mansour et toute l’équipe du film (19 mn).

[CRITIQUE] Cinquante nuances de Grey, de Sam Taylor-Wood

Découvrir un film comme Cinquante nuances de Grey, c’est une occasion peu réjouissante de découvrir à quel point le cinéma commercial accepte de tomber encore plus bas pour s’enrichir encore plus. Est-ce un film ou une farce ? Un cauchemar éveillé qui emprisonne le public dans un fantasme adolescent, à peine plus osé qu’un roman de la collection Harlequin ? Toujours est-il que le film de Sam Taylor-Wood, adapté d’une fan-fiction inspirée par l’insupportable saga Twilight (même pas un vrai livre à la base), réussit à rabaisser le niveau en livrant un objet fadasse, niais et inintéressant au possible. Vous l’avez compris : je ne vais pas être tendre.

[CRITIQUE] La Famille Bélier, d’Eric Lartigau

Grâce à une idée originale proposant l’histoire d’une adolescente entendante dans une famille sourde, La Famille Bélier a rapidement su capter l’attention, de la sortie du film aux récentes nominations aux César 2015. Le dernier film d’Eric Lartigau est-il si réussi que ça ? Derrière une comédie pétillante et chaleureuse, La Famille Bélier se révèle finalement très bancale et facile : la trame de l’ado qui se rêve chanteuse est simplette à souhait et sans surprise, tout comme l’intrigue amoureuse qui l’accompagne, tandis que la performance du casting adolescent à tendance à piquer les yeux. Heureusement, le film d’Eric Lartigau véhicule une ambiance sympathique et attachante qui aurait probablement dû se focaliser plus longtemps sur le point fort de cette famille atypique : la surdité. Si La Famille Bélier se rattrape in extremis grâce à un final émouvant et un duo Karine Viard / François Damiens en roue libre, on ne peut échapper à une caricature embarrassante de la communauté sourde et malentendante noyée dans une intrigue un peu trop sucrée pour être totalement réussie.