[CRITIQUE] Simetierre, de Kevin Kölsch et Dennis Widmyer

Moderne sur la forme, plutôt datée sur le fond : cette nouvelle adaptation du roman de Stephen King tente de moderniser un film old school en proposant des personnages qui tiennent la route malgré un tableau très formaté. Le film de Kevin Kölsch et Dennis Widmyer s’avère bien trop sage et codifié pour tenir ses promesses. Parfait pour une soirée Halloween pour les plus sensibles, Simetierre choisit la facilité contemplatrice ponctuée par des jumpscares et autres artifices nocturnes pour fonctionner, ce qui plombe un film qui aurait pu faire des étincelles s’il avait osé sortir de la zone de confort des films de genre actuels qui préfèrent assurer les entrées en salles, plutôt que de satisfaire les amateurs de sueurs froides.

[VIDÉO] Simetierre : Découvrez la nouvelle bande-annonce

Le docteur Louis Creed, sa femme Rachel et leurs deux jeunes enfants quittent Boston pour s’installer dans une région rurale du Maine. Près de sa maison, le docteur découvre un mystérieux cimetière caché au fond des bois. Peu après, une tragédie s’abat sur lui. Creed sollicite alors l’aide d’un étrange voisin, Jud Crandall. Sans le savoir, il vient de déclencher une série d’événements tragiques qui vont donner naissance à de redoutables forces maléfiques. 
Tiré du roman terrifiant de Stephen King.

Réalisé par Kevin Kölsch et Dennis Widmyer
En salles le 10 avril 2019
Avec Jason Clarke, Amy Seimetz, John Lithgow…

[VIDÉO] Simetierre : Découvrez la bande-annonce

Le docteur Louis Creed, sa femme Rachel et leurs deux jeunes enfants quittent Boston pour s’installer dans une région rurale du Maine. Près de sa maison, le docteur découvre un mystérieux cimetière caché au fond des bois. Peu après, une tragédie s’abat sur lui. Creed sollicite alors l’aide d’un étrange voisin, Jud Crandall. Sans le savoir, il vient de déclencher une série d’événements tragiques qui vont donner naissance à de redoutables forces maléfiques.
Tiré du terrifiant roman de Stephen King.

Réalisé par Kevin Kolsch et Dennis Widmyer
En salles le 1er mai 2019
Avec Jason Clarke, John Lithgow, Amy Seimetz…

[VIDÉO] First Man – Le Premier Homme Sur La Lune : Découvrez la nouvelle bande-annonce

L’histoire fascinante de la mission de la NASA d’envoyer un homme sur la lune, centrée sur Neil Armstrong et les années 1961-1969. Inspiré du livre de James R. Hansen, le film explore les sacrifices et coûts – d’Armstrong et de la nation – d’une des plus dangereuses missions de l’Histoire.

Réalisé par Damien Chazelle
En salles le 17 octobre 2018
Avec Ryan Gosling, Claire Foy, Jason Clarke, Kyle Chandler, Patrick Fugit, Ciaran Hinds, Ethan Embry, Shea Whigham, Corey Stoll, Pablo Schreiber…

[VIDÉO] First Man – Le Premier Homme Sur La Lune : Découvrez la bande-annonce

L’histoire fascinante de la mission de la NASA d’envoyer un homme sur la lune, centrée sur Neil Armstrong et les années 1961-1969. Inspiré du livre de James R. Hansen, le film explore les sacrifices et coûts – d’Armstrong et de la nation – d’une des plus dangereuses missions de l’Histoire.

Réalisé par Damien Chazelle
En salles le 17 octobre 2018
Avec Ryan Gosling, Claire Foy, Jason Clarke…

[CRITIQUE] Everest, de Baltasar Kormákur

Le désavantage lorsqu’on propose l’adaptation d’une histoire vraie mettant en scène une telle aventure humaine, c’est le risque béant de proposer un film au scénario prévisible. Everest ne déroge pas à cette règle et livre une histoire peu novatrice et attendue, où les ficelles sont bien trop visibles pour susciter de l’émotion authentique. Résultat, si les plus sensibles seront touchés, voire émerveillés par le courage teinté de folie de ces hommes et femmes qui s’attaquent à l’Everest, les autres devront se contenter des plans magnifiques et intenses qui composent le film pour espérer un petit frisson. Dommage car le film de Baltasar Kormákur avait tous les atouts pour devenir un film grandiose.

[CRITIQUE] Terminator: Genisys, d’Alan Taylor

La saga Terminator ne cesse de se rallonger, mais ce n’est pas vraiment pour le plaisir de tous. Si ce cinquième volet, Terminator: Genisys, propose de bonnes idées, le résultat est un savant mélange entre un manque de crédibilité, d’ambition et de rythme. Alan Taylor voyage entre plusieurs timelines sans réussir à ressusciter la saga dont les effets spéciaux numériques n’ont rien à envier aux premiers films de James Cameron.