[CRITIQUE] Jackie, de Pablo Larraín

Arrivé à point nommé pour les Oscars, le biopic de Pablo Larraín se penche sur une icône américaine vu sous un angle inédit et portée par une performance formidable de Natalie Portman. Si la réalisation est soignée, oscillant entre la touche historique et l’élégance digne et intemporelle de son personnage charismatique, Jackie manque souvent de dynamisme et laisse surtout un sentiment d’inachevé. J’aurai aimé en savoir plus sur Jacqueline que sur la veuve Kennedy finalement.

[CRITIQUE] Loving, de Jeff Nichols

Mildred et Richard Loving s’aiment et décident de se marier. Rien de plus naturel – sauf qu’il est blanc et qu’elle est noire dans l’Amérique ségrégationniste de 1958. L’État de Virginie où les Loving ont décidé de s’installer les poursuit en justice : le couple est condamné à une peine de prison, avec suspension de la sentence à condition qu’il quitte l’État. Considérant qu’il s’agit d’une violation de leurs droits civiques, Richard et Mildred portent leur affaire devant les tribunaux. Ils iront jusqu’à la Cour Suprême qui, en 1967, casse la décision de la Virginie. Désormais, l’arrêt « Loving v. Virginia » symbolise le droit de s’aimer pour tous, sans aucune distinction d’origine.

[CRITIQUE] La Grande Muraille, de Zhang Yimou

De la fresque rutilante au film d’action moyen, il n’y a finalement qu’un pas. Alors que j’espérais une épopée dans la lignée des précédents opus de Zhang Yimou, j’ai découvert un film à la promesse étouffée dans une production américaine sans finesse, quitte à annihiler toute ambition de genre et frôler le nanar. La Grande Muraille fait l’effet d’un soufflé, s’il n’est pas entièrement une catastrophe, ce film restera très certainement anecdotique.

Golden Globes 2017 : les nominations

Ca y est, elle sont arrivées : les nominations pour les Golden Globes 2017, aka la fameuse anti-chambre des Oscars.

Découvrez la liste complète des nominations. La 74ème cérémonie aura lieu le 8 janvier 2017 et sera présentée par l’animateur Jimmy Fallon. Les paris sont ouverts !

[CRITIQUE] Captain Fantastic, de Matt Ross

Brillant, lucide et tendre, Captain Fantastic dresse un portrait familial atypique plein de charme et s’interroge à travers une critique sociale intelligente. Matt Ross tisse une dramédie aigre-douce, qui enchante grâce à des personnages anti-conventionnels qui viennent bousculer le phénomène de la pensée unique, largement soutenu par les médias et les pouvoirs en place. Un vrai petit bijou lumineux à ne pas manquer (et je ne dis pas ça parce que c’est marqué sur l’affiche !).