[VIDÉO] The Revenant : Découvrez la nouvelle bande-annonce !

Dans une Amérique profondément sauvage, le trappeur Hugh Glass est sévèrement blessé et laissé pour mort par un traître de son équipe, John Fitzgerald. Avec sa seule volonté pour unique arme, Glass doit affronter un environnement hostile, un hiver brutal et des tribus guerrières, dans une inexorable lutte pour sa survie, portée par un intense désir de vengeance…

En salles le 24 février 2016 (nouvelle date)
Réalisé par Alejandro González Iñárritu
Avec Leonardo DiCaprio, Tom Hardy, Will Poulter…

[CRITIQUE] Knock Knock, d’Eli Roth

Oh mais la belle surprise que voilà ! Alors que les retours sur l’attendu Green Inferno divergent, Eli Roth prouve qu’il a encore de la réserve en proposant un home invasion inventif, griffé de sa patte reconnaissable, tout en se différenciant de son cinéma habituel. Délicieusement pervers, un peu sexy mais surtout sadique, Knock Knock est un supplice réjouissant et étonnant, qui se savoure les yeux rivés sur l’écran. Génial !

[CRITIQUE] Jamais Entre Amis, de Leslye Headland

Avec un titre et un pitch aussi entendu, Jamais Entre Amis avait l’obligation de surprendre pour sortir du lot. C’est chose faite ! Grâce à un duo aussi drôle qu’attachant, le film de Leslye Headland joue la carte de l’anti-glamour et apparaît comme le cousin moderne de la comédie culte de Rob Reiner, Quand Harry Rencontre Sally, osant mêler raisons et sentiment avec le grain de folie nécessaire pour ne pas sombrer dans l’ennui. Résultat on s’amuse, peut-être même que certains s’informeront 😉 et on craque littéralement pour ce couple un peu givré mais adorable !

[CRITIQUE] Everest, de Baltasar Kormákur

Le désavantage lorsqu’on propose l’adaptation d’une histoire vraie mettant en scène une telle aventure humaine, c’est le risque béant de proposer un film au scénario prévisible. Everest ne déroge pas à cette règle et livre une histoire peu novatrice et attendue, où les ficelles sont bien trop visibles pour susciter de l’émotion authentique. Résultat, si les plus sensibles seront touchés, voire émerveillés par le courage teinté de folie de ces hommes et femmes qui s’attaquent à l’Everest, les autres devront se contenter des plans magnifiques et intenses qui composent le film pour espérer un petit frisson. Dommage car le film de Baltasar Kormákur avait tous les atouts pour devenir un film grandiose.

[CRITIQUE] Much Loved, de Nabil Ayouch

Insolent et percutant, Much Loved est de ces films trop rares sur grands écrans qui osent jouer la carte de la franchise, avec un sujet aussi dérangeant que fascinant. Nabil Ayouch dresse le portrait de quatre femmes enragées, tranchées, sensibles, réalistes, belles… et prostituées dans un pays religieux. Much Loved a fait couler beaucoup d’encre et est interdit dans son pays d’origine, mais choisit d’illustrer un sujet tabou, avec une brutalité fracassante. Dommage qu’à travers cette rencontre surprenante, Nabil Ayouch n’emmène pas ses personnages plus loin, du coup, même si j’applaudis l’audace de ce film, il faut avouer qu’on s’ennuie un peu.

[COUP DE CŒUR] NWA : Straight Outta Compton, de F. Gary Gray

Violent (très violent), tendu, intéressant… NWA – Straight Outta Compton est une très bonne surprise qui m’a collé des frissons du début à la fin. Je n’ai pas vu les 2h30 du film passer, même si certains aspects sont pas assez explorés à mon goût (notamment la vie à Compton et la rivalité entre gangs). Mais le film de F. Gary Gray prend aux tripes et décrypte la naissance du phénomène gangsta-rap, entre ghetto, rivalités et lyrics bien senties, sur fond de bande-originale survitaminée et affolante de coolitude. À ne pas manquer pour les amateurs de rap US et les curieux à l’esprit ouvert !

[COUP DE CŒUR] Youth, de Paolo Sorrentino

Généreux, touchant et drôle, Youth déguise une comédie enjouée en constat profond aux accents amers sur la vie qui passe et ce qu’il en reste lorsque la dernière ligne droite est entamée. Paolo Sorrentino signe un film à l’opulence italienne pleine de charme et d’émotion, dont la légèreté camoufle l’observation tragi-comique de ses personnages, mené par un duo magistral. Magique !