[CRITIQUE] My Beautiful Boy, de Felix Van Groeningen

Façonné à travers les mémoires du père et l’expérience d’un fils, My Beautiful Boy retrace la dérive d’une cellule familiale aux apparences solides. Sensible et porté par un casting formidable, le premier film américain de Felix Van Groeningen explore le sentiment d’impuissance sous toutes ses formes, celle d’un père face à l’addiction de son fils et celle de ce dernier face à sa propre addiction. Steve Carrell et Timothée Chalamet sont bouleversants, malgré une forme narrative redondante qui perd peu à peu en intensité.

[VIDÉO] My Beautiful Boy : Découvrez la nouvelle bande-annonce

Pour David Sheff, la vie de son fils, Nicolas, un jeune homme brillant, sportif, à l’esprit vif et cultivé, était déjà toute tracée : à ses 18 ans, Nic était promis à une prestigieuse carrière universitaire. Mais le monde de David s’effondre lorsqu’il réalise que Nic a commencé à toucher à la drogue en secret dès ses 12 ans. De consommateur occasionnel, Nic est devenu accro à la méthamphétamine et plus rien ne semble possible pour le sortir de sa dépendance. Réalisant que son fils et devenu avec le temps un parfait étranger, David décide de tout faire pour le sauver. Se confrontant à ses propres limites mais aussi celles de sa famille.

Réalisé par Felix Van Groeningen
En salles le 6 février 2019
Avec Steve Carell, Timothée Chalamet, Maura Tierney, Amy Ryan…

[CRITIQUE] Belgica, de Felix Van Groeningen

À mi-chemin entre une descente aux enfers viscérale et un rêve américain à la sauce belge, le nouveau film de Felix Van Groeningen est d’une densité hypnotique et animée par une énergie contagieuse qui scotche nos yeux sur un écran quasi-psychédélique. Belgica raconte l’amour fraternel, pour le meilleur et pour le pire dans un film à la fois lumineux et très sombre, porté par une mise en scène vertigineuse et une bande-originale absolument géniale qui cristallise des scènes purement orgasmiques. On frôle le coup de coeur de très peu, si seulement Belgica n’éternisait pas une chute qui finit par faire traîner le film en longueur.

[VIDÉO] Belgica : Découvrez la bande-annonce

Jo et Frank sont frères, et comme souvent dans les familles, ces deux-là sont très différents. Jo, célibataire et passionné de musique, vient d’ouvrir son propre bar à Gand, le Belgica. Frank, père de famille à la vie bien rangée et sans surprise, propose à Jo de le rejoindre pour l’aider à faire tourner son bar. Sous l’impulsion de ce duo de choc, le Belgica devient en quelques semaines the place to be…

En salles le 2 mars 2016
Réalisé par Felix Van Groeningen
Avec Stef Aerts, Tom Vermeir…

[SNIF] Top 5 des films qui (me) font pleurer

À l’occasion de la sortie de Nos Étoiles Contraires de Josh Boone, déjà acclamé aux États-Unis et annoncé comme le film le plus émouvant de l’année, voici les rares films qui ont réussi à me tirer quelques larmes, voire de bons gros sanglots (sachant que j’ai un peu un cœur de pierre, ce n’était pas gagné)…

Top 2013 : Les meilleurs films de l’année

L’année 2013 a été une année riche, il y a eu de très bons films, pas mal de déceptions mais surtout de très très bonnes surprises.
Si certains ont réussi à tenir leurs promesses, comme les blockbusters Pacific Rim, Kick-Ass 2 ou encore Thor – Le Monde des Ténèbres, en passant par des comédies excellentes telles que les très frais et frenchys 20 ans d’écart ou Les Garçons et Guillaume, à table ou le british Le Dernier Pub Avant La Fin Du Monde, d’autres ont vraiment laissé leurs empreintes sur 2013. Certains m’ont fait pleurer, d’autres m’ont fait rire aux éclats et d’autres encore m’ont vraiment fait rêver. Ce sont ces films-là qui me font aimer le cinéma à ce point, peu importe qu’ils aient reçu l’approbation générale ou seulement la mienne.

Rattrapage 2013 : Alabama Monroe [Coup de cœur]

Le pitch : Didier et Élise vivent une histoire d’amour passionnée et rythmée par la musique. Lui, joue du banjo dans un groupe de Bluegrass Country et vénère l’Amérique. Elle, tient un salon de tatouage et chante dans le groupe de Didier. De leur union fusionnelle naît une fille, Maybelle…