Biopic, Drame

[CRITIQUE] Elvis, de Baz Luhrmann

La vie et l'œuvre musicale d'Elvis Presley à travers le prisme de ses rapports complexes avec son mystérieux manager, le colonel Tom Parker. Le film explorera leurs relations sur une vingtaine d'années, de l'ascension du chanteur à son statut de star inégalé, sur fond de bouleversements culturels et de la découverte par l'Amérique de la fin de l'innocence.

Comédie

[CRITIQUE] Cats, de Tom Hooper

L'adaptation de la comédie musicale Cats. Une fois par an au cours d’une nuit extraordinaire, les Jellicle Cats se réunissent pour leur grand bal. Leur chef, Deuteronome, choisit celui qui pourra entrer au paradis de la Jellicosphère pour renaître dans une toute nouvelle vie.

Comédie

[CRITIQUE] The Greatest Showman, de Michael Gracey

Et quel show ! The Greatest Showman nous embarque dans un divertissement à l'enthousiasme et à l'effervescence contagieux dès les premières minutes. La bande-originale et la mise en scène des chorégraphies décoiffent, tandis que Hugh Jackman porte l'ensemble avec une classe folle et une énergie contagieuse. Le film de Michael Gracey aurait frôlé le sans-faute s'il avait proposé un récit un peu moins romancé, tandis que l'ensemble rappelle parfois un certain Moulin Rouge. Oui, les rouages sont hyper classiques, la comédie musicale envahit parfois la narration, pourtant The Greatest Showman offre un moment d'évasion festif, coloré et ambitieux, grâce à des chansons conquérantes et un spectacle continue, déterminé à en mettre plein la vue.

Drame, Tops & Flops

[SNIF] Top 5 des films qui (me) font pleurer

À l'occasion de la sortie de Nos Étoiles Contraires de Josh Boone, déjà acclamé aux États-Unis et annoncé comme le film le plus émouvant de l'année, voici les rares films qui ont réussi à me tirer quelques larmes, voire de bons gros sanglots (sachant que j'ai un peu un cœur de pierre, ce n'était pas gagné)...