[VIDÉO] Crawl : Découvrez la bande-annonce

Quand un violent ouragan s’abat sur sa ville natale de Floride, Hayley ignore les ordres d’évacuation pour partir à la recherche de son père porté disparu. Elle le retrouve grièvement blessé dans le sous-sol de la maison familiale et réalise qu’ils sont tous les deux menacés par une inondation progressant à une vitesse inquiétante. Alors que s’enclenche une course contre la montre pour fuir l’ouragan en marche, Haley et son père comprennent que l’inondation est loin d’être la plus terrifiante des menaces qui les attend…

Réalisé par Alexandre Aja (et produit par Sam Raimi)
En salles le 24 juillet 2019
Avec Kaya Scodelario, Barry Pepper, Ross Anderson…

[CRITIQUE] Le Labyrinthe – Le Remède Mortel, de Wes Ball

Après la surprise du dernier opus et un peu plus de deux ans d’attente, Wes Ball livre enfin le dernier volet de la saga Le Labyrinthe, intitulé Le Remède Mortel. Toujours aussi rythmé, dense et truffé de rebondissements, le film renoue avec une intrigue haletante et des personnages attachants, apportant son lot de réponses et d’actions. Si l’ensemble accuse quelques ficelles trop visibles, le résultat reste solide et efficace. Enfin une saga « Young Adult » qui tient la route du début à la fin !

[VIDÉO] Le Labyrinthe – Le Remède Mortel : Découvrez l’affiche et la bande-annonce

Dans ce dernier volet de l’épopée LE LABYRINTHE, Thomas et les Blocards s’engagent dans une ultime mission, plus dangereuse que jamais. Afin de sauver leurs amis, ils devront pénétrer dans la légendaire et sinueuse Dernière Ville contrôlée par la terrible organisation WICKED. Une cité qui pourrait s’avérer être le plus redoutable des labyrinthes. Seuls les Blocards qui parviendront à en sortir vivants auront une chance d’obtenir les réponses tant recherchées depuis leur réveil au cœur du Labyrinthe.

En salles le 7 février 2018
Réalisé par Wes Ball
Avec Dylan O’Brien, Kaya Scodelario, Thomas Brodie-Sangster, Nathalie Emmanuel, Ki Hong Lee, Rosa Salazar et Dexter Darden…

[CRITIQUE] Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar, de Joachim Rønning et Espen Sandberg

Le fameux Capitaine Jack Sparrow et son escouade de pirates revanchards sont de retour pour une cinquième aventure Pirates des Caraïbes. Piloté par deux réalisateurs, Joachim Rønning et Espen Sandberg, ce nouvel opus répond aux attentes de la saga, portés par ses personnages atypiques et son effervescence disney-like. Pourtant, si Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar propose une noirceur nouvelle et intéressante à travers le personnage de Salazar (Javier Bardem), la saga semble boucler la boucle avec un film attendu, à l’installation très bavarde et au charme plus nostalgique que novateur. Si les retrouvailles sont efficaces, le film de Joachim Rønning et Espen Sandberg divisera les fans de la première heure et les petits veinards qui découvriront la saga avec cet opus.

[VIDÉO] Pirates des Caraïbes – La Vengeance de Salazar : Découvrez l’affiche et la nouvelle bande-annonce

Jack Sparrow et ses compagnons se lancent dans la quête du Trident de Poséidon, sur lequel le Capitaine Teague détient des informations précieuses. Cet artefact légendaire, qui donne tous les pouvoirs sur les océans, est leur seul moyen d’échapper aux fantômes du redoutable Capitaine Salazar, échappés du Triangle des Bermudes pour éliminer tous les pirates des océans.

En salles le 24 mai 2017
Réalisé par Joachim Rønning et Espen Sandberg
Avec Johnny Depp, Javier Bardem, Brenton Thwaites…

[CRITIQUE] Le Labyrinthe – La Terre Brûlée, de Wes Ball

Alors que les sagas Hunger Games et Divergente arrivent à leurs termes, la suite du Labyrinthe était attendue au tournant. Dès le premier chapitre, Wes Ball marquait sa différence en offrant une saga masculine et plus brute, cette fois le réalisateur confirme l’essai en créant la surprise. Dense, nerveux, parfois bordélique mais captivant, Le Labyrinthe – La Terre Brûlée accroche du début à la fin grâce à ses nombreux rebondissements et une intrigue haletante qui réserve parfois quelques frissons. L’ensemble est efficace, péchu et bien fichu : pas d’arcs romantiques, pas de pleurnicheries… Serait-ce la recette gagnante pour une saga « Young Adult » réussie ? Possible !