[CRITIQUE] Joker, de Todd Phillips

Film événement pour le moins inattendu, le nom de Joker est sur toutes les lèvres depuis la standing ovation à l’issue de sa projection à la Mostra de Venise quelques mois plus tôt, avant d’être récompensé par le prestigieux Lion D’Or. Le film de Todd Phillips semble avoir son chemin tout tracé vers les Oscars, et pour cause : cette nouvelle version du Joker offre une approche sombre, tragique et fascinante aux portes de la folie, ancrée dans une réalité pas si éloignée de la nôtre. Le sans-faute ? Pas tout à fait, mais on s’en approche.

Top 2018 : Le meilleur de l’année

Cette année a été dense, très dense ! Beaucoup de grands spectacles, d’émotions, de frissons, de merveilles et de chocs. D’un blockbuster à un drame indépendant, d’une histoire vraie à une fiction criante de vérité, de la romance à la haine… je vais me répéter, mais les films ci-dessous sont les raisons pour lesquelles j’aime tant le cinéma. Et aussi…

[COUP DE CŒUR] Phantom Thread, de Paul Thomas Anderson

Paul Thomas Anderson est de retour avec un film à taille humaine, une romance ambiguë entre un grand créature et sa muse. Élégant et troublant, Phantom Thread tisse un drame complexe autour de la relation de ses personnages, entre jeux de pouvoir et dépendance. Souvent trop pompeux, cette fois Paul Thomas Anderson s’attache bien plus à la psychologie retorse de ses personnages, tout en conservant son talent de mise en scène et de direction d’acteurs pour concocter des scènes d’une intensité rare et palpable, en laissant les émotions éclore en surface. Mélange captivant de modernité et de sobriété, Phantom Thread est un bijou subtile et envoûtant.

[VIDÉO] Phantom Thread : Découvrez la bande-annonce

Dans le Londres glamour des années 50, le célèbre couturier Reynold Woodcock et sa sœur Cyril sont au cœur de la mode britannique, habillant la famille royale, les stars de cinéma, les héritières, les mondains et les dames dans le style reconnaissable de la Maison Woodcock. Les femmes défilent dans la vie de Woodcock, apportant à ce célibataire endurci inspiration et compagnie, jusqu’au jour où il rencontre Alma, une jeune femme au caractère fort qui deviendra rapidement sa muse et son amante. Lui qui contrôlait et planifiait sa vie au millimètre près, le voici bouleversé par l’amour.

Réalisé par Paul Thomas Anderson
En salles le 14 février 2018
Avec Daniel Day-Lewis, Vicky Krieps, Lesley Manville…

Flop 2015 : Les pires films de l’année

Faire un top des pires films de l’année n’est pas vraiment plus simple que de faire un top. C’est juste désagréable, car cela rappelle de mauvais moments passés dans une salle obscure : le temps long, l’ennui, l’impatience… Toutes choses qui donnent envie de fuir le plus loin possible et vite.
Généralement, je ne tire pas sur les ambulances, les cibles faciles à détester car elles puaient le caca (pour être polie) dès le départ, genre la panoplie de films d’horreur à deux balles qui ont vu le jour (Ouija, Poltergeist, Gallows, Les Dossiers Secret du Vatican…) ou encore les films qu’on va voir en sachant pertinemment que ce sera honteux et tout pourri (Cinquante Nuances de Grey, Magic Mike XXL…). Aller voir ces films, c’est faire preuve d’un peu de masochisme, mais pas jusqu’au point d’aller voir des horreurs type Aladin, Robin des bois ou une des ces comédies françaises du pauvre qui n’apparaîtront pas dans ce flop. Mais au bout d’un moment, il faut arrêter de déconner. Voici mon Flop 2015 un peu énervé…