[CRITIQUE] La Villa, de Robert Guédiguian

Nostalgique et simple, le film de Robert Guédiguian propose un constat mélancolique à travers les retrouvailles d’une fratrie. Malgré une vision plutôt nette et linéaire, entre vieilles rancœurs et nouveaux départs, La Villa évolue entre la résignation et le pessimisme obtus de ses personnages, ce qui laisse peu d’ouverture à un public plus jeune large, dans un ensemble prématurément veillissant et éteint. Même le casting, relativement solide, ne semble pas respirer la joie de vivre à travers des dialogues récités à la lettre.

[SÉRIE TV] 13 Reasons Why : Nécessaire, brillante et juste mais dangereuse

Inspirée des best-sellers de Jay Asher, 13 Reasons Why suit Clay Jensen, un adolescent qui découvre sous son porche au retour du lycée une mystérieuse boîte portant son nom. À l’intérieur, des cassettes enregistrées par Hannah Baker, une camarade de classe qui s’est tragiquement suicidée deux semaines auparavant. Les enregistrements révèlent que la jeune fille, dont il était amoureux, a décidé de mettre fin à ses jours pour treize raisons. Clay est-il l’une de ces raisons ?

Créée par Brian Yorkey
Avec Dylan Minnette, Katherine Langford, Christian Navarro…
Disponible sur Netflix

[CRITIQUE] Corporate, de Nicolas Silhol

Emilie Tesson-Hansen est une jeune et brillante responsable des Ressources Humaines, une « killeuse ». Suite à un drame dans son entreprise, une enquête est ouverte. Elle se retrouve en première ligne. Elle doit faire face à la pression de l’inspectrice du travail, mais aussi à sa hiérarchie qui menace de se retourner contre elle. Emilie est bien décidée à sauver sa peau. Jusqu’où restera-t-elle corporate ?

[CRITIQUE] Legend, de Brian Helgeland

Vous savez ce qu’on ressent lorsqu’on voit un de ses acteurs favoris se perdre dans un mauvais film ? De la profonde tristesse. Quand Tom Hardy tient un premier (double) rôle, sa performance est noyée dans un film plat et sans saveur. Le film de Brian Helgeland part dans tous les sens, le scénario est clairement mal écrit et la mise en scène pèche tout du long, si bien qu’on finit par se demander en quoi les frères Kray étaient des Legend au final. Dommage.

[CRITIQUE] Au Plus Près Du Soleil, d’Yves Angelo

À la fois curieux et dérangeant, Yves Angelo livre un drame cousu autour d’un mensonge, dont le fil s’étire jusqu’au malaise. Au Plus Près Du Soleil est un enfer pavé de bonnes intentions, à la mise en scène atypique et nébuleuse qui intrigue, donnant du relief à un ensemble parfois traînant. Tragique et étrange, Au Plus Près Du Soleil laisse songeur et reste entêtant, longtemps après la séance. C’est dire : cela fait bien une semaine que je l’ai vu, je ne sais toujours pas si je l’ai aimé !

[CRITIQUE] Unfriended, de Levan Gabriadze

Drôle et étonnant, Unfriended dénonce les dérives des réseaux sociaux à travers un film original, composé de vidéos sur Skype. Malgré la facilité apparente, la prouesse technique est notable, de la traduction des écrans et des échanges au dynamisme du film qui empêche les temps morts. Le hic dans tout cela, c’est que le film de Levan Gabriadze est annoncé comme un film d’horreur. Si Unfriended permet aux ados de réfléchir à deux fois avant de harceler ou de ridiculiser un camarade d’école sur internet, coté flippe on y est pas, mais alors, pas du tout. Par contre, on rigole bien.

[CRITIQUE] Cake, de Daniel Barnz

Larmoyant et contemplatif, Cake s’étire un drame sobre autour d’une femme marquée par une histoire tragique. Si Jennifer Aniston livre une performance étonnante, quoiqu’un peu poussive, le film de Daniel Barnz reste sur la réserve et mise trop sur le potentiel émotionnel de son sujet pour attirer la sympathie du public. Du coup, les plus sensibles seront probablement touchés par cette mère-courage malgré son tempérament détestable, tandis que les autres (nous, les cœurs de pierre) attendront un peu plus de profondeur et de sincérité… en vain.

[SNIF] Top 5 des films qui (me) font pleurer

À l’occasion de la sortie de Nos Étoiles Contraires de Josh Boone, déjà acclamé aux États-Unis et annoncé comme le film le plus émouvant de l’année, voici les rares films qui ont réussi à me tirer quelques larmes, voire de bons gros sanglots (sachant que j’ai un peu un cœur de pierre, ce n’était pas gagné)…

[SÉRIES TV] Quelques séries légères à (re)découvrir cet été

Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué (ou si vous lisez cet article un jour de pluie), nous sommes actuellement en été. Les plus chanceux d’entre vous ont/auront plus de temps libre et probablement besoin de s’occuper de temps à autre. Alors voici quelques séries légères, souvent girly et faciles à suivre, à découvrir ou binge-watcher sans se prendre la tête, si un jour vous en avez assez d’être à la plage ou si votre chef n’est pas là pour surveiller ce que vous faites pendant vos heures de bureau 😀