[COUP DE CŒUR] Ready Player One, de Steven Spielberg

Attendu depuis son annonce et précédé par un déluge d’éloges dithyrambiques par la presse américaine, Ready Player One est effectivement l’excellente surprise annoncée. Si Steven Spielberg n’est plus à présenter, cela faisait longtemps (depuis Minority Report, au moins) qu’il nous avait pas offert un blockbuster aussi abouti, fascinant et spectaculaire à travers un récit fantastique et immersif qui célèbre la culture geek et rétro avec une maîtrise incroyable. En résumé : oui, Ready Player One est un énorme kiff !

5 Films pour la journée internationale de la Femme – vol. 2

Il y a 3 ans j’avais recommandé ces 5 films pour la journée internationale de la Femme en 2015. J’avais proposé des femmes badass, dangereuses et féroces, des muses des temps modernes ou fantastiques prêtes à en découdre. Cette fois, je vous propose des films axés sur la période charnière d’une femme : le passage de l’adolescence à l’âge adulte, avec toute la complexité et la difficulté que cela inclut : l’esprit rebelle, l’envie de rébellion et d’affirmation de soi, la prise de risque, la découverte du sexe et la prise de conscience des hommes, de leurs pouvoirs attirants aux dangers qu’ils peuvent représenter. Ou comment devenir adulte à travers une tranche de vie mouvementée, la fascination morbide, la perte d’identité, l’érotisme ou encore l’abandon. Le sexe faible est une illusion : la preuve avec ces 5 films (attention aux spoilers)…

[VIDÉO] Le Retour de Mary Poppins : Découvrez la bande-annonce

Michael et Jane sont désormais adultes. Michael vit sur Cherry Tree Lane avec ses trois enfants et leur gouvernante, Ellen. Lorsque celui-ci perd un proche, Mary Poppins, l’énigmatique nounou, réapparaît dans la vie de la famille Banks. Grâce à sa magie et avec l’aide de son ami Jack, l’allumeur de réverbères toujours optimiste, Mary va tout faire pour que la joie et l’émerveillement reviennent dans leur existence… Elle leur fera aussi découvrir de tout nouveaux personnages pleins de fantaisie, dont sa cousine, l’excentrique Topsy…

Réalisé par Rob Marshall
En salles le 19 décembre 2018
Avec Emily Blunt, Meryl Streep, Lin-Manuel Miranda…

[COUP DE CŒUR] Ça, d’Andrés Muschietti

Angoissant, noir, malsain juste ce qu’il faut et intelligent, cette nouvelle adaptation du livre de Stephen King revisite l’œuvre culte avec brio, et apporte une nette amélioration au téléfilm. Andrés Muschietti a bien saisi la nuance entre le film qui fait peur et le film qui parle de la peur, si bien que même sans…

[CRITIQUE] Mary, de Marc Webb

Attendu mais joliment interprété, Mary fait partie de ces films solaires et attendrissants qui savent s’approprier des sentiers, certes, déjà battus maintes fois, mais avec une fraîcheur et un point de vue intéressants, neufs et efficaces. Marc Webb signe une dramédie familiale, entre éducation et ruptures, dans une histoire accessible, mignonne et teintée d’espièglerie mais surtout portée par un sous-texte douloureux qui renforce la sincérité touchante et conquérante du film. Simple mais charmant, Mary réchauffe les cœurs, surtout grâce à la jeune McKenna Grace, une belle découverte.

[CRITIQUE] Maman A Tort, de Marc Fitoussi

Connaît-on vraiment ses parents? Anouk, 14 ans, découvre brutalement un autre visage de sa mère, à la faveur de l’incontournable stage d’observation de troisième qu’elle effectue dans la compagnie d’assurances où celle-ci travaille. Une semaine d’immersion dans le monde adulte de l’entreprise, avec ses petits arrangements et ses grandes lâchetés, qui bientôt scelle son jeune destin. Entre parcours initiatique, fêlure et premières responsabilités assumées, une forme d’adieu à l’enfance.

[CRITIQUE] Ma Vie de Courgette, de Claude Barras

Sensible et tendre, Ma Vie de Courgette donne la voix à cette enfance souvent oubliée ou édulcorée dans les films d’animation, à travers une histoire touchante et simple. Malgré un sujet difficile, Claude Barras crée un petit rayon de soleil chaleureux, empli d’humour et lucidité enfantine, qui contraste pourtant avec un tableau plutôt sombre. Voilà un joli film, certes un chouilla déprimant mais conserve un message positif et plein d’espoir, sublimé par des effets visuels réussis. Un peu court, mais nécessaire.

[CRITIQUE] Cézanne et Moi, de Danièle Thompson

De beaux décors, des costumes d’époque et un duo d’acteurs reconnus pour leurs talents : le film de Danièle Thompson frôle la perfection au premier coup d’œil… la perfection académique au second. Cézanne Et Moi propose le face-à-face de deux Guillaume pour le prix d’un, qui dissèquent les souvenirs d’une amitié d’artistes, avec la solennité…